Navigation – Plan du site
Comptes rendus de lecture

Knock

Catherine Maignant
p. 185-186
Référence(s) :

Eugene Hynes, Knock – The Virgin’s Apparition in Nineteenth Century Ireland, Cork, Cork University Press, 2008, 368 p., ISBN 978-1-85918-440-0

Texte intégral

1Le 21 août 1879 vers les sept heures du soir, un groupe d’une quinzaine de villageois de Knock (Co Mayo), est témoin de l’apparition, devant le pignon de l’église paroissiale, de la Vierge Marie, de saint Joseph et d’un personnage d’abord décrit comme un évêque, puis identifié à saint Jean-Baptiste. À leur droite, un autel surmonté d’un agneau et d’une croix complète la vision. Cet épisode, à l’origine d’un pèlerinage toujours d’actualité en notre début de xxie siècle, est pour Eugene Hynes le point de départ d’une enquête minutieuse visant à donner un sens à la toute première manifestation mariale en Irlande.

2L’auteur signe, avec Knock, un ouvrage pionnier, tant du point de vue du sujet que de l’approche retenue, des hypothèses et des postulats méthodologiques défendus. Il y exploite également des sources jusque-là négligées et propose au lecteur un voyage au cœur de l’histoire du catholicisme irlandais de la fin du xixe siècle avec les outils et les théories fournis par la sociologie moderne. Car l’auteur est avant tout un sociologue, qui fait œuvre d’historien en prenant à rebours les thèses classiques relatives à la « révolution dévotionnelle » en Irlande. Selon lui, c’est en reconstituant dans tous ses aspects le contexte local vécu par les témoins que nous avons une chance de comprendre un phénomène pour lequel l’explication institutionnelle apparaît peu convaincante.

3Eugene Hyne examine ainsi successivement les croyances et superstitions de la région, la place du prêtre et l’impact sur Knock des événements contemporains : la croisade de l’archevêque McHale, la famine, la guerre des terres, la modernisation des pratiques induites par le contexte économique, l’évolution des structures d’autorité, enfin, qu’il situe au cœur de son processus explicatif. Plus qu’un ouvrage sur l’apparition mariale, Knock se lit donc comme une étude de cas qui permet de mettre en perspective toute l’histoire de l’Irlande de l’époque concernée.

4Il s’agit d’un livre très riche, qui pose soigneusement les questions de méthode, rappelle systématiquement l’état de la recherche sur les questions évoquées et discute les postulats en présence. Il se fonde sur des sources originales qui mettent en avant de manière très vivante les gens du peuple plutôt que l’Église ou Rome. Les manipulations sont aussi habilement démontées et la représentation finale de la vision brillamment expliquée. Beaucoup d’idées reçues se trouvent ainsi bousculées et la lecture est extrêmement stimulante, même si les conclusions auxquelles Eugene Hynes aboutit ne sont pas toutes convaincantes et si la fin se révèle un peu décevante. Le sujet même, toutefois, en est la cause principale, puisque, à défaut de pouvoir démontrer une supercherie, il porte en lui les limites de tout système explicatif rationnel.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Catherine Maignant, « Knock », Études irlandaises, 34.1 | 2009, 185-186.

Référence électronique

Catherine Maignant, « Knock », Études irlandaises [En ligne], 34.1 | 2009, mis en ligne le 30 juin 2011, consulté le 29 mars 2017. URL : http://etudesirlandaises.revues.org/1581

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Rennes

Haut de page