Navigation – Plan du site
Comptes rendus de lecture

Stepping Stones

Franck Miroux
p. 123-124
Référence(s) :

Dennis O’Driscoll, Stepping Stones: Interviews with Seamus Heaney, Londres, Faber & Faber, 2008, xxx + 524 p., ISBN 978-0-571-24252-8, £22,50

Texte intégral

1Les occasions de surprendre deux poètes en pleine conversation sont assez rares pour éveiller la curiosité du lecteur, mais lorsque cette conversation témoigne d’une relation suivie et sincère, la démarche suscite un intérêt encore plus grand.

2L’ouvrage que propose Dennis O’Driscoll est le fruit de six années d’échanges verbaux et épistolaires avec Seamus Heaney. Il se place dès l’introduction sous le signe de l’originalité en affichant sa volonté de se démarquer des biographies classiques. Il se propose plutôt de mettre en place un véritable dialogue dont l’ambition est de réunir les deux Heaney : le personnage public et la personne privée. Le lecteur appréciera la grande transparence et la clarté des explications offertes en matière d’approche méthodologique (p. viii-x). Il ne manquera pas au passage de se replonger dans le recueil District and Circle pour constater que, comme le souligne O’Driscoll, la réflexion amorcée au cours de ces entretiens a parfois servi de terreau à l’écriture poétique de Heaney (p. viii).

3L’introduction est suivie d’un glossaire sommaire à destination du néophyte en matière de culture irlandaise et nord-irlandaise, puis d’une chronologie remarquablement détaillée et enfin, hormis l’introduction c’est d’ailleurs certainement l’outil le plus intéressant de ces pages liminaires, d’une série de cartes géographiques qui permettent de mieux appréhender les espaces clés de la vie de Heaney et donc de mieux s’orienter dans son œuvre. À cet égard, la troisième carte, qui représente les environs de Bellaghy, s’avère particulièrement utile.

4Le corps de l’ouvrage à proprement parler s’articule autour de trois axes. Une première partie, intitulée « Bearings », est constituée de deux chapitres. Elle s’attache principalement à évoquer les années de jeunesse qui ont précédé la publication du recueil Death of a Naturalist. Le lecteur y trouvera des renseignements à la fois précis et précieux sur l’enfance et l’adolescence de Heaney.

5La deuxième partie, « On the Books », comprend treize chapitres qui retracent au fil de l’œuvre de Heaney son parcours artistique et personnel de 1966 à 2006. A l’exception de trois d’entre eux, qui s’articulent respectivement autour des années passées à Harvard (ch. 9) et des travaux de traduction et d’écriture critique (ch. 14 & 15), chaque chapitre s’organise autour d’un recueil, deux parfois (ch. 13). Un tel choix structurel aurait pu figer le dialogue dans un commentaire linéaire mais la fluidité du discours est maintenue tandis que le cours de la pensée des deux poètes oscille entre, régression, digression et progression.

6La dernière partie, intitulée « Coda », consiste en une courte conclusion suivie d’une bibliographie consistante, de notices biographiques qui, fort à propos, viennent éclairer le lecteur sur certaines personnes évoquées au cours des entretiens, pour se terminer par un index qui offre au chercheur un confort de travail non négligeable.

7Bien entendu, dans la masse des informations le lecteur averti aura parfois un sentiment de redite lorsque son regard croisera une anecdote ou une pensée précédemment formulée au cours d’autres entretiens. Cependant, il percevra vite la manière dont Heaney parvient à examiner la même anecdote sous un angle légèrement différent et lui confère ainsi une valeur nouvelle. L’expérience s’en trouve alors rafraîchie et nous pousse même parfois à reconsidérer la lecture que nous avions faite de tel ou tel poème. Toutefois, le lecteur ne manquera pas d’accorder une attention particulière aux chapitres qui s’intéressent à des aspects moins souvent commentés de l’œuvre de Heaney et qui offrent à cet égard des pistes de réflexion originales (ch. 12, 14, 15). Une seule ombre au tableau, le chapitre 13 met l’eau à la bouche du lecteur en promettant dans son titre de s’intéresser aux deux derniers recueils, Electric Light et District and Circle, mais le laisse sur sa faim puisqu’il se contente de revenir sur la question du politique et du poétique (assez répétitif) pour finir par s’intéresser à Ted Hughes (intéressant mais un peu hors de propos en l’occurrence). Enfin, il faut évoquer les superbes planches photographiques qui participent pleinement au sentiment d’authenticité qui se dégage de ces entretiens.

8Chacun l’aura donc compris, Stepping Stones est un ouvrage très complet qui revêt une importance essentielle pour quiconque évolue dans le domaine de la littérature anglo-irlandaise et, de manière plus générale, anglophone. Néanmoins, il intéressera aussi le civilisationiste qui, au détour d’une réponse, aura une image extrêmement précise de ce que pouvait être la vie dans la communauté rurale de l’Irlande du nord de l’après-guerre (la précision de la description de la ferme de Mossbawn est remarquable, ch. 1) ou qui trouvera matière à réfléchir sur les problèmes de communautarisme et de violence qui ont marqué l’histoire du Nord.

9C’est un ouvrage à lire pour le plaisir de laisser le verbe fluide et limpide de Heaney s’écouler à notre oreille, pour la pertinence et la grande finesse de certaines questions posées par O’Driscoll auxquelles Heaney répond souvent avec humour et avec la simplicité et la franchise qui caractérisent l’homme de soixante-dix ans qu’il est devenu. Stepping Stones est une pierre… précieuse, une mine de renseignements à inscrire à la liste des cadeaux dont auront bénéficié les lecteurs de Heaney à l’occasion de son soixante-dixième anniversaire. Le livre que nous offre O’Driscoll restera sans aucun doute un ouvrage de référence en matière de réflexion sur la construction et le cheminement personnel et intellectuel de l’artiste.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Franck Miroux, « Stepping Stones », Études irlandaises, 34.2 | 2009, 123-124.

Référence électronique

Franck Miroux, « Stepping Stones », Études irlandaises [En ligne], 34.2 | 2009, mis en ligne le 30 juin 2011, consulté le 26 juin 2017. URL : http://etudesirlandaises.revues.org/1677

Haut de page

Auteur

Franck Miroux

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Rennes

Haut de page