Navigation – Plan du site
Comptes rendus de lecture

Northern Irish Literature

Martine Pelletier
p. 130-131
Référence(s) :

Michael Parker, Northern Irish Literature: The Imprint of History. Vol I 1956-1975, Basingstoke, Palgrave Macmillan, 2007, 357 p, ISBN 978-0-333-60415-1 ; Vol II 1975-2006 Basingstoke, Palgrave Macmillan, 2007, 334 p, ISBN 978-0-230-55305-7

Texte intégral

1Voila longtemps que ce que Conor Cruise O’Brien a appelé dans une formule mémorable et souvent citée, « the unhealthy intersection », entre littérature et politique, un carrefour ou une zone de contact qui ne cesse de fasciner, d’inquiéter et d’inspirer écrivains et critiques. Le bel ouvrage en deux volumes de Michael Parker, dédié à Philip Hobsbawm, offre une analyse très dense et tout à fait passionnante de la relation entre l’évolution de la situation politique, sociale et économique en Irlande du Nord, de 1956 à 2006 et la production littéraire des auteurs issus de cette région sur la même période. Comme l’auteur l’explique en introduction, « each of the finest Northern Irish literary texts occupies a space beyond, but also within, a culture at a particular juncture in its history. Northern Irish writing strives to transcend the material and ideological conditions which shaped it, but finds itself pulled back to and by specific moments, places and names ». L’ambition de ce travail remarquable est de lier une analyse détaillée, précise du contexte politique et culturel et l’étude plus ou moins approfondie de textes clés issus de ce contexte mouvant et complexe.

2Une fois posé le principe de la nécessaire prise en compte du contexte pour mieux lire le texte – ce que d’aucuns pourraient bien sûr discuter – l’étude progresse selon un cadre chronologique. Parker divise les quelque quatre décennies qui l’intéressent en sept périodes. La première, 1956-1965, lui permet d’interroger un moment historique et littéraire parfois négligé car antérieur au commencement des Troubles et néanmoins capital ; Thompson, Leitch et Montague sont les auteurs retenus pour évoquer les tensions sous-jacentes de ces années où un sectarisme bien réel opérait avec la bénédiction des institutions. L’émergence du mouvement pour les droits civiques (1966-69) est accompagnée par la poésie de Heaney, Hewitt et Simmons. L’explosion de violence et l’intense polarisation d’une société au bord de la guerre civile sont associées à la pièce The Flats de John Boyd et à poésie brutale de Padraic Fiacc avant que Parker ouvre le champ à d’autres voix poétiques, celles de Mahon, Muldoon, Hewitt et du Heaney de Wintering Out. Pour 1972-75, Brian Friel et Heaney à nouveau, sont privilégiés pour leur traitement indirect de Bloody Sunday et des conséquences de cette tragédie. Les textes critiques de Conor Cruise O’Brien et de Seamus Deane témoignent de l’émergence d’analyses critiques incisives et polémiques en cette période particulièrement sombre et sanglante.

3Les trois chapitres du second volume couvrent des périodes plus vastes, 1975-86, 1987-1995, 1995-2006 et analysent des œuvres nombreuses et variées, prose, poésie, théâtre sans oublier là aussi quelques textes critiques majeurs. On notera l’importance bienvenue accordée à la fiction produite par des femmes écrivains comme Una Woods, Anne Devlin et Deirdre Madden, à côté des incontournables Cal de McLaverty ou, sur le mode dramatique, Translations de Brian Friel. Les sélections de textes pour la période la plus récente témoignent d’une connaissance excellente de ce qui s’écrit et se publie en Irlande du Nord et d’un souci d’équilibrer les genres et les approches tant formelles que plus politiques.

4Tout au long des quelque cinq cents pages de texte, Michael Parker démontre une connaissance impressionnante et détaillée de l’histoire de la période, un grand sens pédagogique et un souci de ne pas schématiser ou simplifier ; parallèlement, on appréciera la finesse de ses micro lectures de textes bien choisis, même si, à l’évidence, on pourra toujours estimer que certains choix se discutent, soit parce que des textes canoniques ne reçoivent pas nécessairement un éclairage nouveau, soit au contraire parce d’autres textes apparaissent mineurs et semblent retenus plus pour ce qu’ils permettent de dire que sur leurs qualités intrinsèques . Pour ma part, je n’ai qu’un regret, l’absence de David Park et ce en dépit tant de la qualité de ses écrits que de leur pertinence par rapport à la problématique retenue. Au fil de ces lectures approfondies Michael Parker engage, souvent mais pas systématiquement, le dialogue avec d’autres critiques, manifestant là aussi une connaissance très fine non seulement de la littérature de la période mais de ses commentateurs et enjeux critiques.

5Michael Parker a soin d’inclure à la fin de chaque volume une chronologie détaillée des évènements mettant en regard la situation en Irlande, Nord et Sud et en Grande Bretagne, les événements à l’échelle mondiale et la vie artistique et culturelle. Les notes sont nombreuses, la bibliographie est soigneusement sélectionnée, d’autres annexes comme la liste des acronymes utilisés ou des plans de ville confirment tant la qualité du travail que le souci de rendre Northern Irish Literature 1956-2006: The Imprint of History passionnant pour les spécialistes mais néanmoins accessible à un large public.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Martine Pelletier, « Northern Irish Literature », Études irlandaises, 34.2 | 2009, 130-131.

Référence électronique

Martine Pelletier, « Northern Irish Literature », Études irlandaises [En ligne], 34.2 | 2009, mis en ligne le 30 juin 2011, consulté le 26 juin 2017. URL : http://etudesirlandaises.revues.org/1693

Haut de page

Auteur

Martine Pelletier

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Rennes

Haut de page