Navigation – Plan du site
Comptes rendus de lecture

Homo Famelicus

Martine Pelletier
p. 132-133
Référence(s) :

Alexandra Poulain, Homo Famelicus. Le Théâtre de Tom Murphy. Caen, Presses Universitaires de Caen, 2008, 242 p., ISBN 978-2-84133-309-7, 18 €

Texte intégral

1Tom Murphy, en quelque cinquante ans, a écrit plus de vingt pièces originales et adaptations. Pourtant, depuis la parution de la magistrale étude de Fintan O’Toole The Politics of Magic en 1987, année où un numéro spécial de l’Irish University Review lui était également consacré, et en dépit d’un regain d’intérêt pour son œuvre manifesté par la saison Murphy à l’Abbey en 2001 et la conférence internationale organisée en parallèle à cette programmation artistique par Nicholas Grene (dont les actes ont été publiés par Carysfort Press sous le titre Talking about Tom Murphy en 2002), plus de vingt ans s’étaient écoulés sans qu’aucune nouvelle monographie ne paraisse. Cette omission aussi préjudiciable qu’incompréhensible vient d’être très heureusement corrigée par l’ouvrage d’Alexandra Poulain, Homo famelicus : Le Théâtre de Tom Murphy aux Presses Universitaires de Caen.

2Homo famelicus – le titre est admirablement bien choisi – est structuré en cinq parties, chacune proposant l’étude d’un groupe de pièces liées par des proximités chronologiques et/ou thématiques. Un chapitre fait exception, le deuxième, entièrement consacré à Famine qu’Alexandra Poulain voit comme une œuvre-clé qui permet de lire et comprendre les bases de la critique complexe qu’offre le théâtre de Murphy de la modernité irlandaise. Alexandra Poulain démontre que la force de l’écriture de Murphy vient de ses obsessions : le dramaturge revient encore et encore à la même histoire, une histoire de départ, de parcours, de retour, rêvé, impossible car la cruelle nécessité impose d’accepter que le sort du héros errant est cet impossible retour auquel l’homme est condamné dans un monde privé de Dieu, du sens, d’un réel foyer.

3Alexandra Poulain offre ici une belle lecture, cohérente et convaincante, du théâtre de Murphy, ainsi que de nombreuses analyses pleines d’empathie et de finesse de ces textes complexes, souvent sombres et déroutants. Elle met à jour des liens entre les textes, des motifs récurrents et des préoccupations permanentes, tant formels que thématiques. On peut regretter que peu d’attention soit accordée à la réception, tant publique que critique des pièces, mais ce petit regret ne saurait entacher la grande réussite d’un livre qui parvient à concilier une lecture fine des textes et une prise en compte du contexte socio-culturel de l’œuvre. Bien que plusieurs de ses pièces aient été jouées en Angleterre (la plus récente, The Alice Trilogy a eu sa première au Royal Court à Londres en 2005), Tom Murphy n’a pas obtenu de réelle reconnaissance de son théâtre à l’international et il est particulièrement bienvenu que ce soit une universitaire française qui signale ici, à travers cette étude, la place qui devrait être celle de Murphy sur la scène internationale. On ne peut qu’espérer que ce travail, paru dans la collection dirigée par Thierry Dubost, sera un jour prochain disponible en anglais.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Martine Pelletier, « Homo Famelicus », Études irlandaises, 34.2 | 2009, 132-133.

Référence électronique

Martine Pelletier, « Homo Famelicus », Études irlandaises [En ligne], 34.2 | 2009, mis en ligne le 30 juin 2011, consulté le 28 mai 2017. URL : http://etudesirlandaises.revues.org/1699

Haut de page

Auteur

Martine Pelletier

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Rennes

Haut de page