Navigation – Plan du site
Comptes rendus de lecture

Sir Walter Ralegh in Ireland

Catherine Maignant
p. 134-135
Référence(s) :

Sir John Pope Hennessy (Thomas Herron ed.), Sir Walter Ralegh in Ireland, Dublin, UCD Press (Classics of Irish History), (1883) 2009, 153 p., ISBN 978-I-906350-18-8

Texte intégral

1Il convient de saluer la réédition de ce classique des écrits historiques sur l’Irlande, qui présente un double intérêt, informatif et historiographique. Ecrivant à la fin du dix-neuvième siècle, Sir John Pope Hennessy se fixait pour objectif de compléter les travaux des historiens anglais en mettant en avant la contribution de Sir Walter Raleigh à la politique irlandaise de la reine Elisabeth. Il ne propose donc ni une biographie du personnage, ni un panorama de son époque, et il n’hésite pas à citer abondamment les travaux de ses prédécesseurs. En revanche, il fait en sorte de combler les manques ou de corriger des inexactitudes en s’inspirant d’une documentation jusqu’alors inexploitée, dont une bonne partie figure d’ailleurs en annexe de l’ouvrage. À peu près la moitié de Sir Walter Ralegh in Ireland se compose en effet d’un recueil de textes de première main, lettres ou autres écrits, tout à fait passionnants en eux-mêmes, qui viennent appuyer la démonstration de l’auteur.

2Le tableau que Sir John Pope Hennessy brosse de Sir Walter Raleigh est globalement peu flatteur. Il s’attache à prouver la responsabilité de ce favori d’Elisabeth Ire dans les choix répressifs de la souveraine en matière de gestion de la question irlandaise. Le massacre de Smerwick en 1580, les expulsions brutales et les transferts de population dans le Munster, la stratégie consistant à assassiner les chefs irlandais, ou encore le refus de toute politique conciliatrice au plus haut niveau, lui sont très directement attribués. Bien que le point de vue de Pope Hennessy sur ces actions soit clairement celui d’un Irlandais catholique, les mérites de leur auteur sont toutefois systématiquement mis en avant dans un contexte colonial qui fait de Raleigh un héros national anglais, finalement injustement exécuté sur les ordres de Jacques Ier. La fascination de l’auteur pour son objet d’étude est palpable, et on le sent partagé entre la répulsion et l’admiration.

3Dans son excellente et très éclairante introduction, Thomas Herron insiste sur la nature quasi « schizophrène » (p. xxii) de la passion de John Pope Hennessy pour Raleigh. Premier catholique irlandais élu à Westminster au titre du parti conservateur, grand admirateur de Disraeli, Hennessy s’est également illustré dans différents postes de gouverneurs, entre autres à Bornéo, aux Bahamas, et à Hong Kong. Il a donc soutenu l’impérialisme britannique et vécu ce dont Raleigh, en son temps, fit l’expérience aux dépens de l’Irlande. Il s’identifie toutefois aux Irlandais dépossédés et déconsidérés, et s’indigne de les voir traités en barbares. S’étant porté acquéreur de la propriété de Sir Walter Raleigh à Youghal, Hennessy a vécu et travaillé dans sa maison, hanté par sa présence et pour ainsi dire dans son ombre pendant de nombreuses années.

4D’un point de vue historiographique, son ouvrage appartient pourtant bien à son époque. Il reflète les préoccupations nationalistes de son temps et inscrit nettement l’écriture de l’histoire dans la perspective de la construction du présent. Sa lecture sera utile à différents publics d’aujourd’hui, chercheurs en histoire du seizième siècle, du dix-neuvième siècle ou en historiographie de l’Irlande.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Catherine Maignant, « Sir Walter Ralegh in Ireland », Études irlandaises, 34.2 | 2009, 134-135.

Référence électronique

Catherine Maignant, « Sir Walter Ralegh in Ireland », Études irlandaises [En ligne], 34.2 | 2009, mis en ligne le 30 juin 2011, consulté le 19 octobre 2017. URL : http://etudesirlandaises.revues.org/1701

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Rennes

Haut de page