Navigation – Plan du site
Comptes rendus de lecture

L’ordre d’Orange en Ulster

Philippe Cauvet
p. 138
Référence(s) :

Anne-Nicolle Blaya, L’ordre d’Orange en Ulster : Commémorations d’une histoire protestante, L’Harmattan, 2009, 558 p., ISBN 978-2-296-07988-5, 45 €

Texte intégral

1Au seul nombre de pages de ce livre, il apparaît d’emblée que l’ambition de son auteur était de produire une étude exhaustive sur l’Ordre d’Orange. L’objectif est clairement atteint : en sept parties, elle retrace l’histoire de la communauté protestante nord-irlandaise depuis 1641 jusqu’aux évolutions les plus récentes, suite aux accords de paix de 1998, en se concentrant plus particulièrement sur les rituels commémoratifs orchestrés par l’Ordre d’Orange ou ses associations sœurs. Il s’agit là du premier livre en langue française sur ce thème. Au croisement de différentes disciplines – la sociologie, l’histoire, l’anthropologie, la science politique – l’ouvrage apporte un éclairage utile et très complet sur une communauté dont l’imaginaire identitaire est particulièrement complexe.

2Mais au-delà de son exhaustivité, la richesse de cet ouvrage est aussi qualitative. Dans son étude des rituels commémoratifs unionistes, Anne-Nicolle Blaya, rend très bien compte de la dimension spatiale et territoriale de la question nord-irlandaise, notamment grâce à des sources cartographiques qui sont jointes en annexes. Ainsi, dans le prolongement des travaux de Wesley Hutchinson, notamment de son Espaces de l’imaginaire protestant nord-irlandais paru en 1999 – ce livre est d’ailleurs le fruit d’une thèse de doctorat dirigée par Wesley Hutchinson qui en signe aussi la préface, l’ouvrage montre que la grande question qui s’est toujours posée à cette communauté porte sur le contrôle, politique, militaire et aussi largement symbolique, d’un espace qu’elle considère comme sien, comme constitutif de son identité, mais que, depuis son arrivée en Irlande au moment des Plantations, c’est-à-dire depuis sa naissance même, elle doit, de gré ou de force, partager et négocier avec la communauté rivale et avec les autorités britanniques. D’ailleurs la problématique est peu ou prou la même, pour la communauté nationaliste. Que ce soit à l’échelle locale, à l’échelle nord-irlandaise, à celle de l’île d’Irlande ou des Îles Britanniques, l’identité unioniste et loyaliste est celle d’un groupe qui cherche à se situer et à s’ancrer géographiquement.

3En somme, si cet ouvrage est utile, c’est parce qu’il apporte une contribution, importante tant quantitativement que qualitativement, à une meilleure compréhension des réalités géopolitiques irlandaises et nord-irlandaises, c’est-à-dire de la dimension territoriale de la vie, des cultures, des imaginaires et des identités politiques sur l’île d’Irlande. Il sera très certainement une source d’inspiration majeure pour tous les chercheurs qui travaillent sur ces questions.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe Cauvet, « L’ordre d’Orange en Ulster », Études irlandaises, 34.2 | 2009, 138.

Référence électronique

Philippe Cauvet, « L’ordre d’Orange en Ulster », Études irlandaises [En ligne], 34.2 | 2009, mis en ligne le 30 juin 2011, consulté le 26 juin 2017. URL : http://etudesirlandaises.revues.org/1712

Haut de page

Auteur

Philippe Cauvet

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Rennes

Haut de page