Navigation – Plan du site
Comptes rendus de lecture

L’Irlande

Patricia Fournier-Noël
p. 142-143
Référence(s) :

Erick Falc’her-Poyroux et Jean Guiffan, L’Irlande, Paris, Le Cavalier Bleu, 2009, 127 p., ISBN-978-2-84670-238-6

Texte intégral

1Cet ouvrage de la collection « Idées Reçues » prend le parti d’aborder l’Irlande sous l’angle des images véhiculées à son sujet. Les auteurs tentent de montrer la part de vérité qui les sous-tend mais se servent surtout de ces images pour présenter la réalité irlandaise de manière plus nuancée. Ils s’intéressent, dans ce cadre, à l’histoire de l’Irlande, mais également à la période contemporaine, ainsi qu’à l’identité et à la culture irlandaises. Ces trois thèmes sont divisés en entrées indépendantes qui correspondent chacune à une idée reçue. Ceci permet aux auteurs de traiter de sujets aussi divers que le climat, l’héritage celtique, le catholicisme, la situation en Irlande du Nord, les rapports de l’Irlande à l’Europe et à la migration, ainsi que la musique ou le sport. Chaque entrée s’appuie sur des citations nombreuses tirées de différentes époques et différents supports : de la littérature à la presse, en passant par les récits de voyage d’observateurs étrangers. Un glossaire et une bibliographie commentée viennent compléter l’ensemble.

2L’entrée consacrée à l’idée selon laquelle les Irlandais seraient « des catholiques très traditionnels » (p. 29) montre bien l’histoire complexe du christianisme et du catholicisme en Irlande depuis le ve siècle jusqu’à nos jours. Les auteurs rappellent que l’Église catholique a cependant perdu en 1972 la place spéciale qui lui avait été accordée dans la Constitution de 1937, même si elle n’a pas pour autant perdu toute l’influence qu’elle avait dans les domaines de l’éducation, de la santé et de la morale sexuelle.

3Les entrées traitant respectivement de l’émigration, présentée comme un phénomène du passé, et de l’immigration, liée au développement économique des années 1990, montrent l’ambiguïté du rapport à la migration en Irlande. C’est l’ambiguïté qui caractérise également les rapports de l’Irlande avec l’Europe. Dans les deux cas, les auteurs montrent comment le passé est utilisé pour rappeler à l’Irlande ce que l’on attend d’elle. La critique se mue alors en jugement moral qui fait de l’Irlande un pays ingrat, tant dans son attitude vis-à-vis de l’Union européenne, analysée à travers les résultats des derniers référendums, que dans son traitement des immigrés, l’émigration étant perçue comme une expérience collective qui devrait conduire les Irlandais à se montrer plus accueillants. Les auteurs démontrent que la réalité est plus complexe, les choix politiques jouant un rôle au moins aussi important dans ces domaines que la moralité réelle ou supposée d’un peuple vu comme un ensemble indifférencié.

4Cet ouvrage, qui donne de l’Irlande une image plutôt positive, est à la fois très accessible et bien documenté. Il constitue une bonne introduction pour qui s’intéresse à l’Irlande d’hier et d’aujourd’hui.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Patricia Fournier-Noël, « L’Irlande », Études irlandaises, 34.2 | 2009, 142-143.

Référence électronique

Patricia Fournier-Noël, « L’Irlande », Études irlandaises [En ligne], 34.2 | 2009, mis en ligne le 30 juin 2011, consulté le 29 avril 2017. URL : http://etudesirlandaises.revues.org/1722

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Rennes

Haut de page