Navigation – Plan du site
Comptes rendus de lecture

Elizabeth Bowen

Bertrand Cardin
p. 174-176
Référence(s) :

Susan Osborn (ed.), Elizabeth Bowen: New Critical Perspectives, Cork University Press, Cork, 2009, ISBN 978-1-85918-435-6, 172 p., 39 €

Texte intégral

1Publié sous la responsabilité de l’universitaire américaine Susan Osborn, cet ouvrage collectif rassemble sept articles consacrés aux romans et nouvelles d’Elizabeth Bowen. Ces travaux, rédigés par des chercheurs états-uniens, canadiens, néo-zélandais, britanniques et irlandais, opèrent des relectures de l’œuvre de Bowen permettant, selon les propos de Susan Osborn dans son introduction, de « re-conceptualiser la relation entre réalisme et modernisme, les ambiguïtés de l’identité et les effets peu éclairants d’un certain nombre d’hypothèses critiques traditionnelles, relatives au canon, aux genres, aux représentations sociales, sexuelles ou nationales ».

2Les études de ce volume témoignent d’un récent regain d’intérêt pour la fiction de Bowen, comme en attestent les essais critiques d’Andrew Bennett et Nicholas Royle (1995), de Maud Ellmann (2003) ou Neil Corcoran (2004), et traitent d’aspects inattendus et contradictoires de l’œuvre qui n’ont guère été étudiés jusqu’à maintenant. Ainsi, elles offrent véritablement de « nouvelles perspectives critiques » et justifient l’intitulé de l’ouvrage.

3Ces travaux axent leurs réflexions sur deux caractéristiques fondamentales de l’œuvre : sa foncière complexité et ses spécificités esthétiques. D’un commun accord, l’œuvre de Bowen est jugée difficile à appréhender, à évaluer, à analyser. En outre, elle se caractérise par un style intensément travaillé, souvent excessif et alambiqué, tout en témoignant d’une grande sensibilité et d’une indéniable force, comme ne manquent pas de le souligner bon nombre d’articles de ce recueil.

4S’intéressant à l’étrange relation d’osmose perceptible chez Bowen entre le style et le sens, l’une de ses études montre à quel point la prose établit un lien avec la représentation mimétique et le discours réaliste tout en défiant leurs normes et leurs limites. Alors que le réalisme refuse l’extraordinaire et l’improbable, l’œuvre de la romancière irlandaise intègre le surnaturel et remet en cause toute représentation d’un réel existant. Une autre étude relève chez Bowen des caractéristiques de la littérature policière ou gothique, mais aussi populaire, à travers des échos de romans à sensation ou des bluettes de l’époque Victorienne. Un chapitre se focalise sur la nature élastique, protéiforme des espaces physiques ou psychiques et ouvre une perspective de nouvelles cartographies interprétatives. Pour les auteurs d’un article sur The Heat of the Day, ce n’est pas la guerre qui provoque les crises dont les personnages font l’expérience mais la relation qu’ils entretiennent avec les objets. Enfin, une approche intertextuelle met en lumière les similitudes existantes entre Eva Trout de Bowen et Watt de Beckett.

5Incontestablement, cette publication parvient à atteindre son objectif, à savoir relire les textes de Bowen selon des préoccupations contemporaines et élargir l’appareil critique les concernant. Elle incite le lecteur à reprendre cette œuvre résolument moderne, originale et novatrice pour l’apprécier à sa juste valeur et porter sur elle un regard neuf. Bien que parfois discutables, ces approches sont stimulantes, souvent humbles parce qu’elles se heurtent à des éléments difficilement saisissables de l’œuvre. En outre, elles ont le mérite de s’intéresser non seulement aux sources primaires que sont les textes de Bowen et à la façon dont cette œuvre a été reçue et comprise en son temps, mais aussi à l’évolution des sources secondaires que constitue l’appareil métatextuel rédigé sur cette œuvre depuis plusieurs décennies.

6Bien qu’il soit regrettable que des chercheurs extérieurs au monde anglophone n’aient pas participé à ce projet et fait part de leurs lectures interprétatives, cet ouvrage collectif présente indéniablement un grand intérêt.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bertrand Cardin, « Elizabeth Bowen », Études irlandaises, 35-1 | 2010, 174-176.

Référence électronique

Bertrand Cardin, « Elizabeth Bowen », Études irlandaises [En ligne], 35-1 | 2010, mis en ligne le 30 septembre 2010, consulté le 26 juin 2017. URL : http://etudesirlandaises.revues.org/1889

Haut de page

Auteur

Bertrand Cardin

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Rennes

Haut de page