Navigation – Plan du site
Comptes rendus de lecture

Responding to the Ryan Report

Catherine Maignant
p. 191-192
Référence(s) :

Tony Flannery (ed.), Responding to the Ryan Report, Dublin, The Columba Press, 2009, 233 p., ISBN 978-1-85607-673-9

Texte intégral

1Responding to the Ryan Report est un ouvrage collectif composé de treize articles qui, comme le titre le laisse entendre, se proposent de prendre le contre-pied de la présentation politique et médiatique du Rapport Ryan. Ce dernier, publié en mai 2009, fait état des résultats de la commission d’enquête sur les sévices physiques, sexuels et psychologiques infligés par des religieux entre 1936 et la fin des années 1990 au sein d’institutions catholiques chargées de l’accueil des enfants délaissés issus de milieux défavorisés. Orphelinats, maisons de corrections ou écoles professionnelles, ces internats semblent avoir été le témoin de violences diverses et d’actes de pédophilie répétés sinon systématiques. Le document accablant, long de 2 500 pages, publié sous les auspices du juge Ryan, a soulevé une émotion considérable en Irlande. Il a en outre, une fois de plus, jeté le discrédit sur l’Eglise catholique, malmenée depuis les années 90, suite aux révélations successives des scandales de mœurs auxquels certains de ses membres ont été mêlés.

2Dans un tel contexte, Responding to the Ryan Report est sans nul doute un ouvrage courageux qui, sans défendre les coupables à aucun moment, invite les lecteurs à un recul critique vis à vis du prêt à penser médiatique. Il rappelle la faible proportion de religieux impliqués dans les affaires évoquées et condamne l’amalgame qui aboutit à la stigmatisation de tous. Il souligne également les apports considérables des ordres religieux en matière de gestion des questions sociales. Il condamne enfin l’acharnement des médias contre l’Eglise, présentée comme bouc émissaire d’une société qui rejette sur une institution en perte de vitesse des fautes qui ne lui sont pas totalement imputables.

3Responding to the Ryan Report n’est jamais polémique : l’objectif de ses auteurs est de comprendre pourquoi les atrocités rapportées ont pu être commises, et de réfléchir à la construction d’un avenir différent. La théologie de la sexualité héritée de Saint Augustin, le rejet du corps et l’idéal angélique excessif de l’Eglise irlandaise sont mis en avant comme la cause première des comportements pervers. Mais d’autres éléments, notamment contextuels, sont envisagés comme facteurs aggravants, ainsi, en particulier, le sens d’une légitimité de la hiérarchie sociale, l’incapacité de l’Etat à mettre en place une politique sociale responsable ou encore la loi du silence au sein de l’Eglise même. Le rapport Ryan met en lumière les effets secondaires terrifiants d’un système, du mode de fonctionnement d’une société tout entière. Afin d’éviter la reproduction des comportements dénoncés, des changements radicaux doivent être envisagés, notamment en ce qui concerne la compréhension d’une morale sexuelle véritablement chrétienne. La tonalité de l’ouvrage est, en la matière, délibérément progressiste et bien éloignée du dogmatisme officiel soutenu par Benoit XVI.

4Une telle approche n’étonnera pas les lecteurs habituels de Tony Flannery qui fait partie des prêtres et religieux à l’origine d’une dynamique de rénovation en Irlande depuis une vingtaine d’années. Il s’est entouré de spécialistes de différents domaines en relation avec l’Eglise catholique, suivant une logique à la fois pluraliste et multidisciplinaire. Religieux ou laïcs, témoins, professionnels ou universitaires, ils sont issus de disciplines différentes et ont, de la question, des expériences complémentaires. Ensemble, ils ont produit un ouvrage utile autant qu’intéressant, varié et stimulant intellectuellement susceptible de séduire le grand public comme les chercheurs, même s’il ne s’agit pas d’un ouvrage « scientifique » à proprement parler.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Catherine Maignant, « Responding to the Ryan Report », Études irlandaises, 35-1 | 2010, 191-192.

Référence électronique

Catherine Maignant, « Responding to the Ryan Report », Études irlandaises [En ligne], 35-1 | 2010, mis en ligne le 30 septembre 2010, consulté le 23 mai 2017. URL : http://etudesirlandaises.revues.org/1920

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Rennes

Haut de page