Navigation – Plan du site
Comptes rendus de lecture

The Emperor and the Irishman

Philippe Brillet
p. 195-196
Référence(s) :

Dr Hubert O’Connor, The Emperor and the Irishman: Napoleon and Dr Barry O’Meara on St Helena, Dublin, A. & A. Farmar, 2008, 216 p., ISBN 978-1-906353-04-9

Texte intégral

1L’auteur, éminent gynécologue dublinois, a un jour découvert fortuitement que le médecin militaire britannique chargé de veiller sur Napoléon à St Hélène était, comme lui, à la fois irlandais, dublinois et ancien de Trinity. Il en résulta trente ans de passion et de recherches sur le Dr O’Meara, dont il est devenu le spécialiste incontesté. Son projet s’annonce double, d’une part laver la mémoire de son confrère jugé depuis deux siècles trop complaisant envers son illustre patient, d’autre part apporter des informations inédites sur Napoléon, ce dernier s’étant beaucoup confié à son médecin. Il nous peint ainsi un O’Meara compétent et intègre, réussissant à occuper dans la durée une position intenable entre la confidentialité due à Napoléon et le devoir militaire de tout redire à Sir Hudson Lowe, et finalement radié par l’Amirauté à la demande de ce dernier. L’auteur transmet ainsi fort bien sa sympathie pour son confrère. Parallèlement, il donne au lecteur non spécialiste d’histoire napoléonienne un accès inédit à la pensée même de l’Empereur, telle qu’O’Meara l’a recueillie, et notamment à la réorganisation de la Grande-Bretagne tel qu’elle fut rêvée au moment de l’invasion manquée. Il apparaît toutefois ne livrer aucune information véritablement nouvelle à l’historien, les carnets des autres résidents de Longwood ayant été publiés depuis longtemps. De plus, on regrettera l’absence de toute contribution au débat actuel portant sur la cause du décès de l’empereur, alors même que l’auteur est précisément médecin et qu’il ne craint pas par ailleurs de multiplier les commentaires personnels. L’aspect biographique est sans doute plus réussi, mais l’objet en est un personnage très secondaire, examiné de surcroît dans un épisode strictement non irlandais de sa vie, et enfin parfois éclipsé par un auteur qui se met volontiers en avant. On comprendra qu’un très fort intérêt pour la saga napoléonienne soit un prérequis absolument indispensable, quoique probablement insuffisant, à la lecture de cet ouvrage.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe Brillet, « The Emperor and the Irishman », Études irlandaises, 35-1 | 2010, 195-196.

Référence électronique

Philippe Brillet, « The Emperor and the Irishman », Études irlandaises [En ligne], 35-1 | 2010, mis en ligne le 30 septembre 2010, consulté le 29 mars 2017. URL : http://etudesirlandaises.revues.org/1926

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Rennes

Haut de page