Navigation – Plan du site

Poèmes (Dánta)

Biddy Jenkinson et Clíona Ní Ríordáin
Traduction de Juliette Saumande
p. 99-117

Texte intégral

Ainm bréige

Faux nom

go dtiocfad fíor.

Pour dire vrai.

  • 1 Toutes les citations du poète viennent d’une correspondance avec l’auteur.

1Biddy Jenkinson est le nom de plume d’un poète contemporain. Peu importe l’origine de celle qui se cache derrière le masque, ce qui compte pour elle, c’est la liberté que cela lui offre. « Un nom de plume, pour mieux servir ses ailes1 », dit-elle. Alors que certains critiques pensent pouvoir l’asservir à un lieu particulier en Irlande (le Comté de Wicklow ou de Carlow par exemple), elle se réjouit de l’absence de contraintes géographiques : « […] l’écrivain ne veut pas accepter les limites géographiques ou temporelles quand il écrit, en dépit des liens qui pourraient l’accaparer le reste du temps. » a-t-elle déclaré. Inutile de chercher des indices quant à son identité : « C’est comme si on cherchait le Magicien d’Oz. L’action se trouve dans l’écriture. »

2Elle puise son inspiration à des sources diverses : la mythologie irlandaise, les textes anciens, les courses au supermarché, la vie de Marie-Antoinette. Un de ses poèmes les plus célèbres, « Gleann Maoilúira », relate la vie ordinaire d’un personnage assis dans sa voiture au parking, tenant à la main un texte ancien, le « An Leabhar Branach/Le livre des O’Byrne » ; le poème prend son envol, suit les figures historiques à travers le temps, pour revenir à la fin au parking et au texte d’origine.

3Comme de nombreux poètes, elle a une relation passionnelle avec les dictionnaires. Pour Biddy Jenkinson, c’est le dictionnaire du père Pádraig Ó Duinín, le plus poétique des dictionnaires irlandais, qui l’inspire le plus. Elle a fait du lexicographe le personnage central d’un recueil de nouvelles où il mène des enquêtes à la manière d’un commissaire Maigret en robe de bure.

4Biddy Jenkinson pratique également la traduction. Elle fait partie de l’équipe qui a traduit les poèmes de Louis de Paor. L’approche vise à mutualiser les traductions : « Chacun choisit les morceaux qui lui plaisent. Ensuite, l’ensemble est unifié pour ne faire qu’une seule voix traductive. Enfin tout le monde lit le produit fini et donne son avis. » Pour sa part, elle préfère ne pas se faire traduire en anglais en Irlande. C’est le sujet de son poème « A Small Rude Gesture ».

5Lauréate de plusieurs prix (Duais an Oireachais à plusieurs reprises, The Butler Award de l’Irish American Cultural Institute), la richesse de ses poèmes et la profondeur de ses connaissances de la langue ainsi que des traditions irlandaises ont même fait dire à Máire Mhac an tSaoi que B. Jenkinson est « revenue plusieurs fois sur terre » avant d’arriver à ce niveau d’érudition. Les poèmes que l’on trouvera publiés dans ce numéro, entendent fournir un petit aperçu de son œuvre. Nous la remercions vivement, ainsi que la maison d’édition Coiscéim et la traductrice Juliette Saumande, de nous avoir permis de les reproduire.

6Clíona Ní Ríordáin

Nom d’un Nom2/Nom d’un nom*

  • 2 Oíche Bealtaine, BAC, Coiscéim, 2005, l. 16.

Faux nom

Ainm bréige

Pour dire vrai.

go dtiocfad fíor.

7*en français dans le texte

8Biddy Jenkinson

9Traduction de Clíona Ní Ríordáin

A Small Rude Gesture3/ A Small Rude Gesture4

  • 3 Le titre, que l’on pourrait traduire par « Petit geste obscène » fait référence à une lettre que Bi (...)
  • 4 Oíche Bhealtaine, BAC, Coiscéim, l. 59.
  • 5 Le Daghda est le dieu le plus important des Tuatha de Danann. Le poème fait référence à un incident (...)

Il y a des jours

Leathanta

où j’en ai ma claque

nuair a bhíonn lán na beilte agam

des conneries des Anglophones :

de bhoighreán Béarlóirí:

…rammed down my neck at school…

…rammed down my neck at school…

…such a lovely language…

…such a lovely language…

…why don’t you write in English?…

…why don’t you write in English?...

…we haven’t got a form in Irish yet…

…we haven’t got a form in Irish yet…

…dead language…

…dead language…

je fais comme le Daghda5

déanaim mar a dhein an Daghda

quand il a mangé

nuair a d’ith sé

– pour le bien-être de son peuple

– ar son oineach a mhuintire,

pour la bonne cause –

ar son na cúise –

la bouillie des Formores.

leite na bhFomhórach.

Il a bouffé tout une cuve de bouillie

Ghlan sé lán coire den leite

– et dans la grosse gamelle il y avait 300 litres de lait et

– agus sa choire sin bhí ochtó galúnleamhnachta agus a

autant d’avoine et de graisse ; moutons, cochons, chèvres –

cothrom mine agus geire; caoirigh, muca agus gabhair–

engloutis jusqu’à s’en faire péter la sous-ventrière.

go raibh sé ar tí pléasctha.

Il passa l’index au fond de la cuve

Chrom sé a mhéar ar bhun an choire

pour vérifier que pas une once ne lui avait échappé.

chun a chinntiú nach raibh graiseamal ar bith fágtha ann.

Et brandit le doigt pour défier les Formores.

Ansin thug sé an mhéar dosna Fosmhóraigh.

10Biddy Jenkinson,

11Traduction de Clíona Ní Ríordáin

Accord avec la muse/Margadh leis an mBé6

  • 6 Oíche Bhealtaine, BAC, Coiscéim, 2005, l.58.

J’ai choisi l’humour

Roghníos greann

au lieu de l’amour.

seachas grá.

Pauvre de moi.

Bocht an ní.

Plume pointue

Bior ar mo pheann,

encre démoniaque dans mon cœur.

diabhal dúigh im chroí.

12Biddy Jenkinson

13Traduction de Clíona Ní Ríordáin

Conseil du poète à son poème/Comhairle an Scríbhneora don Dán7

  • 7 Dán na hUidhre, BAC, Coiscéim, 1991, l.42/3.

14* en français dans le texte

15Biddy Jenkinson

16Traduction de Clíona Ní Ríordáin

Janvier 1991/Eanáir 19918

  • 8 Dán na hUidhre, BAC, Coiscéim, 1991, l.87/8.

C’est janvier, mais

Ná póg in aon chor mé an Eanáir seo.

ne m’embrasse pas.

Ní éireoidh aon fhuiseog ar do bhéal-bhéim.

Nulle alouette ne s’élèverait du contact de nos bouches.

Thitfeadh

Les roitelets de Saint Étienne choiraient morts à nos pieds.

dreolíní coscartha Stiofáin

go talamh eadrainn.

Ne prends pas mes mains

dans les tiennes.

Ná tóg mo lámh.

Mes doigts se briseraient

Thiocfadh na méara díom

tels des glaçons.

´na gcoinlíní reo.

N’essaie pas de m’attendrir.

Ná bog mo chroí

Mon cœur fondu exposerait

nó pléascfaidh an fluichreo ann

En gelant de nouveau.

ar athreo.

Ne me regarde pas dans les yeux,

Ná féach im shúile

tu en mourrais

nó préachfar thú

de froid.

le fuacht.

Ne me dis pas que la vie est en sommeil,

Ná habhair liom

que les graines finiront par germer,

go bhfuil an saol faoi choim

que tes baisers printaniers vaudront un vol d’oiseaux.

go bpéacfadh síol

go ndéanfadh do phóga earraigh ealta éan.

Restons ici sans espoir ni baisers

Seasaimis gan phóg gan dóchas

ici chez les morts

in áit na marbh

sous les bombes sifflantes

faoi gach buama a thiteann

et champignons

mar fhianaise

que nous ne voulions pas cela.

nach dár ndeoin iad.

17Biddy Jenkinson

18Traduction de Juliette Saumande

X/X9

  • 9 Oíche Bhealtaine, BAC, Coiscéim, 2005, l. 17.

(ou pourquoi je ne serai jamais un véritable poète)

(nó an chúis nach ndéanfaidh me File ar fónamh riamh)

On ne trouve pas la lettre « X » dans

Níl an litir X

le dictionnaire Gaélique/Anglais Ó Duinnín,

ag Ó Duinín

mais elle dans le Ó Domhnaill :

ach ceadaíonn Ó Dónaill é :

X, x, m. (pl. ~anna). La lettre X.

X, x, m. (pl. ~anna). The letter X.

Et je me réjouis de la voir là car

Agus is deas liom san mar

X = l’amour en secret,

X = grá faoi rún,

 = un baiser à la croisée des chemins

 = póg ag crosaire

 = une flèche dans le mille

 = bior trí lár

 = percé jusqu’au fond du cœur, occis

 = treagadh

 = cet excès de félicité que l’on nomme extase

 = mire seine ar a dtugtar xtáis

 = deux êtres qui se croisent un instant avant la séparation éternelle

 = beirt nach raibh orthu ach ala roimh bhuanscaradh

 = le signe de la croix

 = comhartha croise

 = deux êtres qui se croisent et font une croix sur la rencontre

 = beirt a thairteáil le chéile ach a chas siar ón gcomhlann

 = des amants; deux angles opposes s’embrassant sans fin…

 = leannán: dhá uillinn le chéile urchomhaireachta ag pógadh a chéile de shíor…

Is anseo a theipeann ar mo dhán.

et c’est ici que mon poème déraille.

Feicim –

Je vois – et il n’est pas de bon augure de refuser l’inspiration

agus níl sé séanmhar diultiú d’inspioráid,

bien que la légèreté et la « gravité » ne soient pas faites pour s’entendre –

cé go mbreagnaíonn giodam gravitas

X= ménage à quatre*

X = ménage à quatre.

19*En français dans le texte

20Biddy Jenkinson

21Traduction Juliette Saumande

Bed and Breakfast/B agus B10

  • 10 Amhras Neimhe, BAC, Coiscéim, 1997, l. 32.

Moi c’est Flúirsín Cocagne.

Mé Flúirsín ensuite vacancies, an Irish Welcome I.T.B.

Il me reste des chambres avec salle d’eau. Accueil irlandais

approved is fáilte is fiche punt an chloigeann. Níl

certifié par l’Office du tourisme, bienvenue, cent mille fois bienvenue. En fait,

lacáiste leanaí

Nous ne faisons pas de réduction pour les enfants, oui

actually

Petit-déjeuner, à neuf heures au plus tard

Bricfeasta, naoi ar a dheireanaí, that’ll be

ça vous ira,

alright for ye? seomraí fuara túaillí beaga… to conserve

Hein ?

energy

Pièces froides, petites serviettes, grandes économies d’énergie, vous voyez ?

see?

Pour le savon, suffit de demander.

Cnag is geobhair gallúnach, b’fhéidir

Un proverbe irlandais, là devant vous : « Il ne faut pas vendre la charrue avant

An Irish Blessing, ar an bhfalla-every road a rising hill

d’avoir tué les bœufs »

Seamróg freisin for our cultúr. Leipreachaun for Irish wit

Et un trèfle aussi – c’est qu’on fait dans le culturel ici

Maighdean thug Mamó ó Medugorje

Le leprechaun, c’est pour l’humour irlandais.

(múchadh ar mhímhoráltacht inscne

Cette sainte vierge – Mémé l’a rapportée de Medjugorgje-décourage les

tá dian ar leapacha, faraíor)

« fréquentations » inconvenantes

Duvet sciotach, peiliúr spuinseach Woman’s Way

ça conserve la literie.

Níl mata, go sciorrfá air, ar mo lino bláith

Couette maigrelette, oreiller moulliga.

sa tarraiceáin. Éirigh leid an 40 watt. a mhúcadh

Femme Actuelle local sur la table de chevet.

Ceithre chéad crispie I ngach babhla

Vous sortirez du lit pour éteindre le plafonnier, hein ? 40 Watts, mine de rien.

Uiscealach Mi Wadi úr

Pas de tapis. ça limite les risques de chute. Mon lino est de toute beauté.

Bogóg eireoige (size 3), ispín

-múchadh ocrais amhras aimhe-

400 Rice Krispies par bol

(Crapann róchócháil gach ní)

et du jus de fruit coupé à l’eau bien comme il faut.

slisín bagúin trédhearcadh patuar

Un œuf de poulette et une saucisse pâlotte

agus leath-thráta amh do riar

(ventre affamé ne craint pas le cru ;

trop de cuisson ratatine les portions)

Déan mo mholadh sa leabhar sa halla. Irish hospitality

une tranche translucide de bacon tiède

We’re great at making you feel welcome

et une demi tomate-Voilà pour vous monsieur.

is tá deirfiúr agam I nach ball den tír.

Et n’oubliez pas de vanter nos mérites dans notre livre d’or

L’hospitalité irlandaise-Nous sommes réputés pour ça

Et j’ai une sœur dans chaque ville.

22Biddy Jenkinson

23Traduction de Juliette Saumande

Berceuse chinoise/Suantrái na Máthar Síní11

  • 11 Amhras Neimhe, BAC, Coiscéim, 1997, l. 13/4.

Grimpe ici, ma toute petite

Ceartaigh a mhaoinigh

Que j’embrasse ton pied dodu

go bpógfad do chrúibín

Et que je plie ton orteil,

Lúbaim ladhrán is ladhraicín faoi

Voilà le rikiki rangé.

Fillim an muicín seo

Fillim an muicín siúd

Laisse-moi border la petite sœur

Féach muicín dána ag gobadh aníos

Puis le petit frère

Et voici la mémère

Seo seo a thaisce

– oh la vilaine –

tá cúram le déanamh

qui sort la tête.

Méirín méarán méarachán sí

Allez on rentre !

Igín ar laoidín

Glaicín ar chircín

Chh Chh ! mon trésor

Bindealán síoda

Il faut y aller gentiment

ar chosa mo chroí

À petits pas, sur la pointe des pieds

Cé gur scréagóigín í

Veau a sa longe

siúlfaidh mo chailín

Poule sa corde

mar bhambú lá gaoithe

Les pétons de mon cher cœur,

mar bhuinneán sailí

Je les banderai de soie.

Fillim ordóg, fillim lúidín

Elle a beau être criarde,

Lótas athfhillte

Ma beauté marche

gach méirín faoi iamh

Avec la grâce du bambou

Un jour de grand vent.

Tá clabhcaí faoi Chlíona

Je rentre le pépère

Tá spága faoi Mháire

Et rabats le petit rikiki.

Tá Peigí spadchosach

Le lotus est replié

‘s leifteáin faoi Niamh

Ses pétales sont parfaits.

Deasaigh a stóirín

mo lámh ar an bhfáiscín

Clíona a les pieds plats

mé Maimín do leasa

Et Peggy a des oignons

dod chumhnach le cion.

Les pieds de Máire se tournent en dehors

Et ceux de Niamh en dedans.

Patience ma doucette,

Ma main sur les bandelettes,

Maman, qui fait ce qu’il y a de mieux pour toi,

T’enveloppe d’amour.

24Biddy Jenkinson

25Traduction Juliette Saumande

Haut de page

Bibliographie

Recueils de poésie

Baiste Ghintlí (Coiscéim 1987).

Uiscí Beatha (Coiscéim 1988).

Dán na hUidhre (Coiscéim 1991).

Amhras Neimhe (Coiscéim 1998).

An Grá Riabhach (Coiscéim 1999).

Rogha Dánta (Cork University Press 2000) (Siobhán Ní Fhoghlú et Seán Ó Tuama eds).

Mis, (Coiscéim 2001).

Oíche Bhealtaine (Coiscéim 2005).

Nouvelles

An Grá Riabhach (Coiscéim 1999).

An tAthair Pádraig Ó Duinnín – Bleachtaire, (Coiscéim 2008).

Livres pour enfants

Púca Púca (Coiscéim 2005).

An Bhanríon Bess agus Gusaí Gaimbín (Coiscéim 2007).

Pièces de théâtre

Oh Rajerum, Coiscéim 1998.

Mise, Subhó agus Maccó in P. Ó Siadhail (eag.) Gearrdhrámaí an Chéid, Indreabhán, Cló Iar-Chonnachta, 2000, p. 270-299.

Entretiens

www.rte.ie/rnag/leitepleite. Agallamh le Mícheál Ó hÚanacháin “I bhFocail an Údair”, Eanáir 2008

Prose

A Letter to the Editor’, Irish Univ. Review, Vol. 4, No. 2 (Spring/Summer 1991), p. 27-34.

Critiques

Mhac an tSaoi, Máire, “Biddy Jenkinson : Sampla d’Imaistriú Anama”, in E. Ó hAnluain (egg.) Leath na Spéire, BAC, An Clóchomhar, 1992, p. 61-73.

Cronin, Michael, Translating Ireland : Translations, Languages, Cultures, Cork UP, 1996, p. 176.

Ní Ríordáin, Órla, Biddy Jenkinson : banfhile beo bíogach bríomhar bastallach, M. Phil non publié, Bibliothèque Coláiste na hOllscoile Corcaigh 1999.

Carson, Ciaran, “Tracking the Words”, Fortnight, May 2008, texte disponible à : http://www.coisceim.ie/bleachtaire.html (consulté le 19 septembre 2010).

Titley, Alan, ag caint le Caoimhín Mac Giolla Léith, Caitríona Ní Chléiricín, RTE Radio 1, 4 April 2008: http://www.rte.ie/radio1/scribhneoiri/1195689.html.

Ní Annracháin, Máire, « Gleann Maoiliúra, Biddy Jenkinson », Irish University Review, September 2009.

de Búrca, Máire, “Biddy Jenkinson”, in Ríona Ní Fhrighil (ed.), Fílocht Chomhaimseartha na Gaeilge, Baile Átha Cliath, Cois Life, 2010, p. 167-180.

Haut de page

Notes

1 Toutes les citations du poète viennent d’une correspondance avec l’auteur.

2 Oíche Bealtaine, BAC, Coiscéim, 2005, l. 16.

3 Le titre, que l’on pourrait traduire par « Petit geste obscène » fait référence à une lettre que Biddy Jenkinson a adressée au rédacteur en chef de l’Irish University Review en 1991 où elle dit son refus de se faire traduire en anglais en Irlande : « It is a small rude gesture to those who think that everything can be harvested and stored without loss in an English-speaking Ireland. If I were a corncrake I would feel no obligation to have my skin cured, my tarsi injected with formalin so that I could fill a museum shelf in a world that saw no need for my kind. » (Biddy Jenkinson, Irish University Review Vol. 4, No. 2 Spring/Summer 1991, p. 34.

4 Oíche Bhealtaine, BAC, Coiscéim, l. 59.

5 Le Daghda est le dieu le plus important des Tuatha de Danann. Le poème fait référence à un incident qui a eu lieu pendant la Bataille de Maighe Tuireadh, où Daghda, pour sauver son peuple des Formores, a avalé des quantités gargantuesques de nourriture.

6 Oíche Bhealtaine, BAC, Coiscéim, 2005, l.58.

7 Dán na hUidhre, BAC, Coiscéim, 1991, l.42/3.

8 Dán na hUidhre, BAC, Coiscéim, 1991, l.87/8.

9 Oíche Bhealtaine, BAC, Coiscéim, 2005, l. 17.

10 Amhras Neimhe, BAC, Coiscéim, 1997, l. 32.

11 Amhras Neimhe, BAC, Coiscéim, 1997, l. 13/4.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Biddy Jenkinson et Clíona Ní Ríordáin, « Poèmes (Dánta) », Études irlandaises, 35-2 | 2010, 99-117.

Référence électronique

Biddy Jenkinson et Clíona Ní Ríordáin, « Poèmes (Dánta) », Études irlandaises [En ligne], 35-2 | 2010, mis en ligne le 30 décembre 2012, consulté le 23 octobre 2017. URL : http://etudesirlandaises.revues.org/1991 ; DOI : 10.4000/etudesirlandaises.1991

Haut de page

Auteurs

Biddy Jenkinson

Clíona Ní Ríordáin

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Rennes

Haut de page