Navigation – Plan du site
Comptes rendus de lecture

Joyce’s Disciples Disciplined

p. 185-186
Référence(s) :

Tim Conley (ed.), Joyce’s Disciples Disciplined, A Re-Exagmination of the ‘Exagmination’ of ‘Work in Progress’, Dublin, UCD Press, 2010, 185 p., ISBN 978-1-906359-46-1

Texte intégral

1En 1929 paraissait chez Sylvia Beach, l’éditrice de Ulysses, Our Exagmination Round His Factification for Incamination of Work in Progress. Orchestré par Joyce lui-même, cet ouvrage au titre énigmatique se composait de douze essais, assortis de deux lettres de protestation. Le tout rassemblait, à quelques modifications près, des articles parus dans la revue moderniste transition entre 1927 et 1929. Précédant de dix ans la publication de Finnegans Wake (jusqu’à sa parution intitulé Work in Progress), « Our Exagmination… » constituait une première exégèse, ou une première introduction au dernier opus joycien, mélange de critique et de publicité qui aujourd’hui représente à la fois une référence indispensable pour tout lecteur du Wake et une analyse quelque peu datée. Les auteurs des articles initiaux avaient pour noms Samuel Beckett, Eugene Jolas, Stuart Gilbert, William Carlos Williams, Thomas McGreevy… Quant au titre, c’était une citation à peine remaniée d’une phrase elle-même tirée du Wake.

2Quatre-vingts ans plus tard, Tim Conley rassemble une série d’essais signés des joyciens actuels les plus éminents : Jean-Michel Rabaté, Fritz Senn, Sam Slote, Vicky Mahaffy, etc. L’ensemble se compose de quatorze essais ou, à l’image de la première « exagmination », douze articles et deux « lettres de protestation», soit douze « lettres d’apôtres » et deux « apostasies ». Car il y avait à l’époque une forme d’hagiographie dans l’entreprise, et il fallait bien un peu d’iconoclasme pour (prétendre) rétablir l’équilibre. L’un des mérites de l’ouvrage dirigé par T. Conley est précisément de faire le point sur le degré d’assujettissement des disciples à la parole du maître (Joyce en effet avait commandé, orienté, remanié, voire récrit la plupart des articles). Les premières exégèses du Wake sont donc ainsi « revisitées », à la lumière de la critique génétique, ou de la lecture philosophique, ou historiciste…

3Etablir ou rétablir les fondements des analyses d’un Budgen (qui mettait en avant les liens formels de Finnegans Wake avec Beowulf), revenir sur les « gloses exemplaires » de Stuart Gilbert, remettre en question voire mettre en doute le credo de la « révolution joycienne du mot » d’Eugène Jolas : cette réévaluation d’ensemble, qui questionne la doxa joycienne, est à saluer. A la fois pour son érudition et son humour, à l’image de celui de Fritz Senn qui dans l’une des deux brèves lettres finales apporte la preuve définitive de la paternité de Joyce dans l’une des deux pseudos apostasies initiales. La plus indispensable contribution toutefois est celle de J-M. Rabaté, qui reprend l’essai le plus célèbre de Our Exagmination – le seul aussi qui ait vraiment survécu – : celui par lequel Beckett établissait une généalogie de la littérature, de Dante à Joyce.

4Si le collectif initial constitue toujours l’une des meilleures introductions qui soient au Wake, le recueil de Tim Conley en représente fort utilement la dernière – indispensable – « mise à jour ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

« Joyce’s Disciples Disciplined », Études irlandaises, 35-2 | 2010, 185-186.

Référence électronique

« Joyce’s Disciples Disciplined », Études irlandaises [En ligne], 35-2 | 2010, mis en ligne le 30 décembre 2010, consulté le 24 mai 2017. URL : http://etudesirlandaises.revues.org/2065

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Rennes

Haut de page