Navigation – Plan du site
Comptes rendus de lecture

Gaelic Games

Catherine Maignant
p. 198-199
Référence(s) :

Paul Darby, Gaelic Games, Nationalism and the Irish Diaspora, Dublin, UCD Press, 2009, 256 p., ISBN 978-1-906359-23-2

Texte intégral

1Paul Darby, chercheur en sciences du sport, propose dans Gaelic Games, Nationalism and the Irish Diaspora une histoire des sports gaéliques, et plus particulièrement du GAA, aux États-Unis des origines à nos jours. L’orientation choisie est celle d’une étude de cas, celui de quatre villes ciblées pour leur pertinence dans le double contexte de l’histoire de la diaspora irlandaise et du développement sportif : Boston, New York, Chicago et San Francisco. La structure de l’ouvrage, essentiellement chronologique, laisse ainsi systématiquement la place à une étude particulière de ces villes dans une perspective à la fois illustrative et comparative. D’un point de vue thématique, une place importante est réservée aux liens entre nationalisme et implication sportive, là encore dans le cadre chronologique et spatial précédemment défini.

2L’objectif de l’auteur est de combler les lacunes de la recherche universitaire dans le domaine de l’impact psychologique, politique et culturel des sports gaéliques sur la diaspora irlandaise aux États-Unis. La méthode choisie est à la fois historique et ethnographique. C’est aussi le témoignage de première main d’un praticien actif du football gaélique, qui a fait l’expérience de l’émigration et comprend intimement la contribution du sport à la refondation identitaire d’un Irlandais en exil. Passion et sens du vécu habitent donc cet ouvrage aussi vivant que documenté.

3Pour ce qui est du détail de l’histoire locale du hurling et du football gaélique, l’ouvrage recèle une mine d’informations. Le lecteur découvre des personnages hauts en couleur et suit avec beaucoup d’intérêt les heurs et malheurs des clubs étudiés. Il devient également familier des joueurs, de leurs supporters et partage des moments de vie de la diaspora ainsi que son enthousiasme pour les joueurs irlandais en tournée. Etant donné le parti-pris de la juxtaposition des expériences locales, les redites sont inévitables, et elles sont nombreuses, tant au niveau de la description des événements que de l’analyse des phénomènes. Le récit détaillé permet toutefois d’établir des schémas distinctifs pour les différents cas étudiés et des nuances dans les tendances générales. La précision présente ainsi des mérites indiscutables.

4Néanmoins, les grandes lignes de la démonstration se résument en peu de mots et sortent rarement de ce que le lecteur averti attendait. L’étude de Paul Darby confirme ainsi le lien entre les fortunes des sports gaéliques aux États-Unis et les fluctuations dans le nombre des migrants irlandais. Elle met en évidence le lien entre sport et affirmation de soi, intégration et perte d’intérêt pour les jeux irlandais. Elle analyse également le choix du hurling ou du football gaélique comme la marque d’un engagement nationaliste, souvent de tendance républicaine. De même, elle souligne l’importance du contexte tant américain qu’irlandais dans l’évolution du GAA Outre-Atlantique.

5En dernier ressort, le lecteur ne peut qu’être frappé par le caractère secondaire du goût pour les sports en question et l’importance capitale du facteur ethnique dans le succès du GAA. Il ne peut s’empêcher, en conclusion, de partager les interrogations de l’auteur quant à l’avenir des sports gaéliques. Il semble en effet que l’évolution de la politique américaine en matière d’immigration suite à l’attentat du 11 septembre 2001 ne limite de façon durable l’apport irlandais et ne menace, du même coup, la survie des sports gaéliques aux États-Unis. La nouvelle stratégie des associations, qui visent un nouveau public, risque de couper ces sports de leur berceau identitaire et de les dénaturer. Une autre phase de l’histoire se dessine et l’ouvrage de Paul Darby se clôt sur l’annonce d’une nouvelle piste d’exploration tout à fait novatrice.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Catherine Maignant, « Gaelic Games », Études irlandaises, 35-2 | 2010, 198-199.

Référence électronique

Catherine Maignant, « Gaelic Games », Études irlandaises [En ligne], 35-2 | 2010, mis en ligne le 30 décembre 2010, consulté le 24 juin 2017. URL : http://etudesirlandaises.revues.org/2093

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Rennes

Haut de page