Navigation – Plan du site
Comptes rendus de lecture

Maggot

Alexandra Tauvry
p. 186-187
Référence(s) :

Paul Muldoon, Maggot, London, Faber, Londres, 2010, 120 p., ISBN 978-0-571-26925-9

Texte intégral

1« The clown face is a death mask. » C’est ainsi que Paul Muldoon décrit l’ambivalence qui règne dans son dernier recueil, Maggot, oscillant entre fantaisie surréaliste et imagerie macabre. Cet éclectisme réside au cœur même du titre pouvant à la fois signifier un asticot, un morceau de musique ainsi qu’une personne à l’esprit fantasque. Avec pour figure de proue l’image des larves naissant des cadavres putréfiés, ce sont les leitmotivs de la mort et de la décomposition qui parcourent ce dernier recueil. Le poème « Balls » retrace dans une série de cinq sonnets la peur d’être victime d’un cancer, thème récurrent dans la poésie de Muldoon. Les vers de « A Hare at Aldergrove » (« melanoma has relaunched its campaign/in a friend I once dated ») rappellent la très émouvante élégie “Incantata” dédiée à l’artiste Mary Farl Powers (The Annals of Chile, 1994) ainsi que celle écrite pour sa sœur, Maureen : le « thick scent of death » de « Turkey Buzzards » (Horse Latitudes 2006) envahit ce nouveau recueil aux accents baudelairiens. Pour “Moryson’s Fancy”, Muldoon s’inspire d’un conte du xviiie siècle où trois enfants dévorent les entrailles de leur mère, à la manière de Gallogly qui dans « The More a Man Has The More a Man Wants » (Quoof, 1983) « get[s] right under the skin,/the spluttering heart/and collapsed lung,/of the horse in Guernica. » « The Humors of Hakone » illustre aussi l’intérêt que Muldoon porte à l’entomologie médico-légale. L’image du protagoniste analysant les entrailles du cadavre d’une jeune femme n’est pas sans rappeler le célèbre poème « Une Charogne » de Baudelaire où « de noirs bataillons de larves » pullulent sur la carcasse d’une « femme lubrique ». Érotisme et décomposition s’entremêlent aussi dans « The Humors » offrant ainsi une réalité à la fois décharnée et sensuelle : « By day four the skin would have peeled from her thigh like a fine-mesh stocking. » Ce poème trouve un écho visuel dans la photographie de Chris Jordan figurant en couverture du recueil : les restes d’un jeune albatros à l’estomac rempli de débris plastiques et de bouchons de bouteille multicolores donnent le ton de ce recueil et évoquent de manière frappante l’univers de Lanfranco Quadrio dont les dessins dans « When the Pie was Opened » (2008) ressemblent étrangement à « a partly eaten bird of paradise, a damaged and perhaps gnawed human body with entrails and bones suggested » (Alistair Elliot). Maggot doit en effet beaucoup aux arts visuels. « The Side Project » entraîne le lecteur dans l’univers burlesque du « side show » – cabinet de curiosités dont l’éclectisme rappelle les collages de Richard Hamilton. Muldoon y entremêle avec panache ces « monstres » du cirque tout droit sortis de Freaks de Tod Browning (1932), la guerre civile américaine et le conclave de 1846, le tout sur un air de Johannes Brahms. Comme l’a très bien résumé Adam Newey, « [Maggot] is like an intellectual fairground ride », Muldoon entraînant ainsi son lecteur dans un manège à la fois insolite et enivrant.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alexandra Tauvry, « Maggot », Études irlandaises, 36-2 | 2011, 186-187.

Référence électronique

Alexandra Tauvry, « Maggot », Études irlandaises [En ligne], 36-2 | 2011, mis en ligne le 30 septembre 2011, consulté le 29 juin 2017. URL : http://etudesirlandaises.revues.org/2508

Haut de page

Auteur

Alexandra Tauvry

TCD, IRCHSS Scholar

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Rennes

Haut de page