Navigation – Plan du site
Comptes rendus de lecture

W. B. Yeats & George Yeats

Jacqueline Genet
p. 192-193
Référence(s) :

Ann Saddlemyer (ed.), W. B. Yeats & George Yeats, The Letters, OUP, 2011, ISBN 978-0-19-818438-6

Texte intégral

1Cet ouvrage rassemble 436 lettres de W. B. Yeats, 149 de George, 29 à leurs enfants. Les lettres du premier commencent dès 1917, celles de son épouse le 3 août 1920, après leur installation à Oxford et la naissance de leur fille ; c’est « l’histoire du mariage de deux esprits et du monde qu’ils créèrent autour d’eux ».

2L’attention affectueuse qu’ils se portent s’exprime dans la souffrance de la séparation et le souci de leur santé et celle des enfants. La santé de WBY se détériorant avec les ans, George s’inquiète de plus en plus : « You will remember that if you get a cold, I would rather come over at once and not wait until you are very ill. » Souvent seule, elle veille sur ses enfants, leur éducation, leur avenir. Ils partagent les problèmes matériels et financiers. Mrs Yeats s’occupe de l’entretien de la maison : « There was a most handsome wasps nest in the rafters just above the tank which accounts for the dead wasps that poured into the bath through the cold water tap » ; parfois découragée, elle confie à Tom MacGreevy : « Nothing had been happening here, except work and work and work and the children alternately in bed.»

3A l’arrière-plan : événements et controverses. Lorsque Yeats est sénateur, tous deux sont plongés dans la scène politique, artistique et sociale. George l’informe de ce qui se passe en 1922-1923 : « We came down the stairs […] to find bullets whizzing down Grafton Street », « I hear there are to be more executions », ou : « Last night there was great burning of houses. » En 1932, le poète écrit :«  I put my case against the Oath. » Le contexte social est celui qu’offrent les amis ; souvent à Coole, il suit avec anxiété la santé déclinante de Lady Gregory ; il n’oublie pas Iseult dont George sut se faire une amie. Chez Lady Ottoline il rencontre J. Stephens, De la Mare, V. Woolf ; à Penns in the Rocks, il fréquente Lady Wellesley, à Chantry House, E. Heald. Mourant il est entouré : « George [was] by his side. Dorothy Wellesley was staying nearby and Edith Heald arrived after he has sunk into a coma » (A. Saddlemyer). George fait preuve d’une grande ouverture d’esprit : « I would rather he died in happiness than in invalidism » mais confie à sa belle-soeur qu’elle est « like a child of five left in charge of a Tiger in a wire cage, and […] tired of being sent for when the Tiger escapes ». Parmi ses proches collaborateurs, Dulac travaille à la représentation de ses pièces et le Swami traduit les Upanishads avec lui.

4Les deux époux s’installent à Oxford jusqu’à ce que Ballylee soit habitable. Près de la Bodleian commence une vie d’études. Lui se penche sur Platon, Plotin, Goldsmith, Balzac ; il est fasciné par la pensée hindoue, porte des jugements : « Women in Love a beautiful enigmatic book. I feel in sympathy with him [Lawrence] as I do not with Virginia Woolf », ou sur Murder in the Cathedral : « Half play, half religious service, as spoken poetry exceedingly impressive. » George cherche des livres pour lui, partage ses intérêts : astrologie, folklore, occultisme. Le travail de création prime. Elle dactylographie des manuscrits. Lors de recherches préalables, il fait appel à elle « To begin a new [poem, I] want a quotation from Mackenna’s translation of Plotinus », lui expose ses projets : « I am planning out a long poem to you, my dear », la tient au courant de ses créations – « My work goes well and am well-except that I cannot spell », de ses corrections auxquelles elle participe souvent. Il s’agit parfois d’une vraie collaboration, Yeats la consulte pour modifier deux vers, lui demande de déplacer un poème ; ou c’est elle qui propose de modifier la place des introductions de Wheels and Butterflies, il approuve. Il reconnaît le rôle majeur de George dans A Vision : « I shall send you three of my six copies as you are part author. » Elle participe à d’autres ouvrages : « I have been working hard on the AE letters » – la Cuala publiera Passages from the Letters of AE to WBY, mais son nom n’y est pas mentionné. Elle s’intéresse à ses émissions radiophoniques, sa lecture des vers entre chant et parole, « [his] patter ». Elle se réjouit de ses succès mais est horrifiée par la « horde d’Américains » qui voudraient le rencontrer. Même lors de ses aventures extra-conjugales, Yeats maintient ses liens avec George qui veille à garder le contact entre lui et leur vie familiale. « Both maintained a presence during an absence ». Leur remarquable communion intellectuelle ne s’interrompt pas.

5A. Saddlemyer a été confrontée à la difficulté de déchiffrer l’écriture du poète ; elle transcrit les lettres telles qu’elles ont été écrites, gardant orthographe et ponctuation, ne se permettant que les corrections indispensables à la compréhension. Outre des notes fort abondantes, elle insère des pages relatant des faits qui éclairent la correspondance. L’importance de celle-ci est évidente, apportant corrections biographiques ou historiques, donnant des précisions ur les engagements de WBY, son oeuvre, sa personnalité. Le Yeats de ces lettres correspond bien au portrait qu’en donne son épouse : « The strange, chaotic, varied and completely unified personality that you are. »

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jacqueline Genet, « W. B. Yeats & George Yeats », Études irlandaises, 36-2 | 2011, 192-193.

Référence électronique

Jacqueline Genet, « W. B. Yeats & George Yeats », Études irlandaises [En ligne], 36-2 | 2011, mis en ligne le 30 septembre 2011, consulté le 28 juin 2017. URL : http://etudesirlandaises.revues.org/2521

Haut de page

Auteur

Jacqueline Genet

Université de Caen

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Rennes

Haut de page