Navigation – Plan du site
Comptes rendus de lecture

Une Vie irlandaise

Jean Brihault
p. 206-207
Référence(s) :

Conchúr Ó Giollagáin (ed.), Une Vie irlandaise – Du Connemara à Rath Chairn : Histoire de la vie de Micil Chonraí, traduit du gaélique par Jean Le Dû, préface de Paul Kavanagh, ambassadeur d’Irlande, Rennes, Terre de Brume/PUR, 2010, 275 p., ISBN 978-2-84362-433-9, 17 €

Texte intégral

1Cet ouvrage se situe dans la lignée des « histoires de vies » irlandaises rédigées en langue irlandaise par des gens simples qui, bien que dépourvus de diplômes, ne sauraient en aucun cas être définis comme « sans éducation ». Les plus célèbres d’entre eux sont probablement Peig Sayers ou Tomás O’Crohan. Ce volume, cependant, se distingue de ses prédécesseurs.

2Il raconte le parcours de Micil Chonraí qui quitta le Connemara en 1934 à l’âge de 15 ans avec sa famille pour aller s’établir dans le Comté de Meath dans le cadre de la politique migratoire interne mise en place par le gouvernement irlandais. Micil découvre alors l’Est relativement prospère de l’Irlande, l’utilisation des chevaux pour le travail de la terre, le mépris, voire l’hostilité des habitants du lieu à l’égard de ces « baragouineurs » (pour transposer au contexte français), l’armée qu’il désertera, le sanatorium où sa tuberculose l’amènera. Mais il nous livre également sa « vision », son interprétation des faits dans lesquels il est impliqué. Il faut ainsi entendre (car c’est bien de cela qu’il s’agit) Micil évoquer le clergé catholique à partir de la page 63 et dénoncer l’hypocrisie et la cruauté de l’Eglise à l’égard des petits. L’ironie est son registre lorsqu’il se remémore ce petit frère mort à la naissance et qui ne put être enterré en terre consacrée puisqu’on n’avait pas eu le temps de le baptiser : « Tous ceux qui sont dans les cimetières sont des “saints”, même si la plupart ont commis tous les péchés […] Malgré ça, ce petit ange n’avait pas sa place à côté d’eux, car son âme était souillée par le péché. »

3Lire le récit de vie de Micil, c’est comprendre comment la vague de dénonciations à l’égard des mauvais traitements infligés aux enfants irlandais a pu enfler à partir d’une indignation ambiante, mais encore discrète, ressentie par tous ceux qui en avaient été victimes. Evoquant sa scolarité, Micil livre son opinion sur les « autorités » qui ont contrôlé la première partie de sa vie : « La vérité, c’est que le curé, le gendarme et l’instituteur, ils faisaient bloc. Tu ne pouvais pas ouvrir la bouche. Ca m’est arrivé de faire l’école buissonnière, et je n’étais pas le seul. J’ai vu un copain se faire battre si fort avec un bâton que le sang giclait à travers la peau de son dos. Personne n’a réagi, le maître a continué tranquillement à enseigner jusqu’à la retraite. »

4Cet ouvrage va donc bien au-delà des limites d’une vie privée : c’est une vision, certes éminemment subjective, mais néanmoins très éclairante d’une phase de l’histoire de l’Irlande dont la connaissance est indispensable à la compréhension de ce qu’elle est devenue aujourd’hui.

5L’Histoire de Micil Chonraí n’est pas disponible à ce jour en anglais. Elle a été traduite directement du gaélique en français par Jean Le Dû, Professeur émérite de celtique à l’Université de Bretagne Occidentale. Celui-ci a su trouver le ton juste, à la fois simple et incisif qui caractérise le récit de Micil. Cette traduction habile et sensible est sans doute autant due à l’expérience personnelle de son auteur qu’à sa vaste érudition.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean Brihault, « Une Vie irlandaise », Études irlandaises, 36-2 | 2011, 206-207.

Référence électronique

Jean Brihault, « Une Vie irlandaise », Études irlandaises [En ligne], 36-2 | 2011, mis en ligne le 30 septembre 2011, consulté le 20 octobre 2017. URL : http://etudesirlandaises.revues.org/2548

Haut de page

Auteur

Jean Brihault

Université de Rennes 2 – UEB

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Rennes

Haut de page