Navigation – Plan du site
Comptes rendus de lecture

Les métamorphoses de Sweeney

Sandrine Brisset
p. 192-193
Référence(s) :

Pascale Amiot-Jouenne, Les métamorphoses de Sweeney dans la littérature irlandaise contemporaine, Presses Universitaires de Caen, 2011, ISBN 978-2-84133-378-3, 18 €.

Texte intégral

1La légende de Sweeney, dont les premières traces apparaissent en Irlande dans des manuscrits du Moyen-âge, a frappé l’imagination de nombreux auteurs contemporains au rang desquels le prix Nobel Seamus Heaney. Ce « mystérieux roi poète métamorphosé en oiseau et condamné à la folie et à l’errance » (7), personnage à la fois tragique et grotesque a déployé ses ailes sur la littérature irlandaises de notre époque, pour inspirer chef d’œuvre après chef-d’œuvre.

2Dans cet ouvrage, remarquable par sa clarté d’expression et par la qualité de son analyse, Pascale Amiot-Jouenne examine les transformations du mythe de Sweeney. L’introduction, qui recense les apparitions de cette étrange créature depuis ses origines jusqu’à nos jours, est le fruit d’un travail de recherche qui impressionne par son envergure, sa précision et son exhaustivité. Elle annonce une étude magistrale que les chapitres suivants viennent confirmer.

3L’auteur s’intéresse également aux arts plastiques et intègre huit pages illustrées reproduisant les œuvres de divers artistes ayant trouvé dans Sweeney la source de leur inspiration. Le dialogue entre le texte critique et ces images est particulièrement réussie dans le chapitre intitulé « Sweeney Astray et Sweeney’s Flight » où la photographie de Rachel Giese Brown, « Rook », participe à merveille au lyrisme dont il est question dans le texte critique.

4Le premier chapitre s’attache aux origines du mythe et compare diverses représentations de Sweeney tel qu’on le rencontre dans plusieurs manuscrits. Puis vient l’analyse d’une sélection d’œuvres littéraires dont les auteurs comprennent Austin Clarke, Flann O’Brien, Seamus Heaney, Lucy Brennan, Paula Meehan et Nuala Ní Dhomhnaill.

5Tandis que Flann O’Brien maintient le paradoxe de Sweeney en tant qu’hybride capable de susciter chez le lecteur le rire aussi bien que les larmes, Austin Clarke, Seamus Heaney et Lucy Brennan laissent entendre une tonalité lyrique trouvant son origine dans l’identification au personnage. Certes, le roi oiseau laisse quelques plumes dans le processus de métamorphose, mais ce qu’il perd en exotisme il gagne en intimité avec le lecteur. Le Sweeney d’Austin Clarke était encore en proie à la folie et à l’errance : « comme dans la romance originelle, l’accent est mis sur l’exil et la privation » (75), mais celui de Heaney retrouve pleinement la raison et laisse entendre la douleur et la souffrance d’une victime rongée par la culpabilité. La transformation est avant tout contextuelle chez Paula Meehan qui intègre le mythe au cœur d’une représentation dramatique dont le réalisme fait néanmoins place à une tonalité lyrique des plus émouvantes. Enfin, c’est sans doute chez Nuala Ní Dhomhnaill que la transformation s’avère la plus radicale puisque selon cette perspective qui rend la parole aux femmes, le malheureux Sweeney se retrouve réduit à l’état de vieillard impotent.

6L’étude de ces variations littéraires sur le thème de Sweeney est d’autant plus convaincante qu’elle ne se limite pas à des commentaires d’ordre général mais comporte des microlectures dont la finesse et la sensibilité sont un véritable plaisir pour le lecteur. Au terme de cette découverte des métamorphoses de Sweeney, un souhait s’impose alors : celui de voir le texte traduit en anglais pour que des milliers de lecteurs puissent à leur tour en savourer la qualité.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sandrine Brisset, « Les métamorphoses de Sweeney », Études irlandaises, 37-1 | 2012, 192-193.

Référence électronique

Sandrine Brisset, « Les métamorphoses de Sweeney », Études irlandaises [En ligne], 37-1 | 2012, mis en ligne le 30 juin 2012, consulté le 23 septembre 2017. URL : http://etudesirlandaises.revues.org/3088

Haut de page

Auteur

Sandrine Brisset

St. Patrick’s College, Drumcondra, Dublin

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Rennes

Haut de page