Navigation – Plan du site
Comptes rendus de lecture

« Raw Material », Derek Mahon

Marion Naugrette-Fournier
Référence(s) :

Derek Mahon, Raw Material, Oldcastle, Gallery Press, 2011, ISBN 978-1-85235-523 4.

Texte intégral

1« Raw Material », ou la matière première. Curieux nom qu’a choisi le poète Derek Mahon pour désigner son dernier recueil de traductions de poèmes étrangers, puisque ses traductions ne sont que la matière seconde de la matière première des poèmes en langue originale de Rimbaud, Guillén ou du poète chinois Tu Fu, de la dynastie T’ang. Ces traductions, ou plutôt « adaptations », comme Mahon lui-même préfère les appeler, sont d’autant moins des matières premières que la dernière section éponyme du recueil, intitulée « Raw Material », figurait déjà dans le précédent recueil de poésie de Mahon, An Autumn Wind, paru chez Gallery Press en 2010. Il en va de même pour la section intitulée « River of Stars », qui rassemble des traductions/adaptations de célèbres poètes de la dynastie T’ang, tels que Li Po (connu aussi sous le nom de Li Bai), et notamment Tu Fu. En effet, cette séquence d’adaptations de poèmes chinois se trouve également déjà dans An Autumn Wind, mais en tant que série de « poèmes » et non sous l’appellation de « traductions » ou « d’adaptations »… La matière première de Mahon est donc trompeuse, et cache des doubles voire des triples fonds, et il est alors permis de se demander ce qui est vraiment « nouveau » ou « premier », au sens d’inédit, dans Raw Material. De même, trois poèmes figurant déjà dans An Autumn Wind refont aussi surface dans Raw Material, à savoir « Sceilg Bay » d’après « Maidin Bhog Álainn » du poète de langue gaélique Tomás Rua Ó Súilleabháin (1785-1848), « Antrim Road » d’après un poème de Baudelaire, et « Romance » d’après « Roman » de Rimbaud… Raw Material, un parfum de « déjà vu » ?

2Il y a pourtant un parfum de nouveauté qui flotte dans Raw Material, avec notamment des traductions de poètes congolais ou haïtiens tels que Jean-François Brière (1909-1992), chantre de la poésie haïtienne et africaine, qui dénonce le joug de la colonisation et la souffrance de l’homme noir, dans un poème comme « The Same Ardour » à propos d’un lynchage en Géorgie, dont l’amertume presque résignée est magnifiquement traduite sous la plume de Mahon :

One of the crowd, black brother, I look up
from Haiti, one more in the long cortège –
as poor as you, as sad, as great, a black drop
circulating in the same new upsurge.

3On notera également la présence d’autres voix africaines dont plusieurs voix de femmes, comme celles de la poétesse sénégalaise Annette M’Baye, avec une très jolie miniature africaine nommée « Silhouette », ou encore celle de la poétesse congolaise Ivonne Bolumbu ainsi que celle de la poétesse et réalisatrice congolaise Monique Mbeka, qui exprime sa volonté d’évolution créatrice dans « A Year of Grace » : « I’m getting a year of grace/for my year of pain and rage, /my year of famine –/ a year to study film/production in Kinshasa/and finally come of age ». Enfin, le magnifique « Loango Strand » du grand poète congolais Jean-Baptiste Tati-­Loutard, méditation rageuse sur les victimes de l’esclavage, emmenées de force de cette grève congolaise de l’autre côté de l’océan sur les plages de Virginie :

[…] I won’t be going ahead
With my grim pilgrimage in the dismal ditch
Of a dark seabed paved with skull and bone
West to Virginia’s fresh resurgent beach
And cotton-flowery factory fields of graves.

4Mahon, traducteur engagé ? C’est certain, même si cet engagement se cache sous le masque de la traduction « à partir de »: c’est toujours « from the French of Monique Mbeka », « from the Hindi of Gopal Singh »… L’engagement prend dans Raw Material diverses formes, de la dénonciation de l’esclavage à la critique de la société de consommation avec comme conséquences la pollution et le rejet des débris, comme Gopal Singh, l’avatar indien de Derek Mahon, le dénonce dans « The Great Wave » : « If “waste is the new raw material” as they say/our resources are infinite: on black beaches/carrion, groceries, sewage, wide-open fridges/fought over by frenetic gull and crow. » On retrouve ici des thématiques typiquement mahoniennes, à savoir la critique des objets au rebut, épaves d’un capitalisme effréné, et leur rédemption à travers le recyclage poétique : « if “waste is the new raw material” » Ce florilège de traductions/adaptations que constitue Raw Material serait-il lui-même issu d’un recyclage d’ébauches de traductions au rebut, recyclées et remises en forme par le poète ? Ou bien la traduction ne serait-elle pas elle-même à considérer comme une forme de recyclage salvateur, tirant de l’ombre des poèmes qui, sans le procédé de la traduction, seraient restés inconnus, ou sans cela n’auraient guère eu de chance de parvenir à nos regards ? La « Recycling Song » de Singh/Mahon prend alors tout son sens, en incitant à ne rien jeter : « Throw nothing out; recycle/the vilest rubbish, even/your own discarded page. » Sachant que Gopal Singh n’est qu’un autre avatar de Mahon, il est permis de penser que Mahon lui-même a trouvé avec le principe de la « pseudo-traduction » une solution lui permettant d’échapper aux poubelles de l’histoire : se traduire soi-même en traduisant l’Autre. Mais, comme chacun sait, Je est un Autre.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marion Naugrette-Fournier, « « Raw Material », Derek Mahon », Études irlandaises [En ligne], 38-1 | 2013, mis en ligne le 30 juin 2013, consulté le 26 septembre 2017. URL : http://etudesirlandaises.revues.org/3438

Haut de page

Auteur

Marion Naugrette-Fournier

Université Sorbonne Nouvelle

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Rennes

Haut de page