Navigation – Plan du site
Comptes rendus de lecture

« The Art of the Pose, Oscar Wilde’s Performance Theory », Heather Marcovitch

Claude Fierobe
Référence(s) :

Heather Marcovitch, The Art of the Pose, Oscar Wilde’s Performance Theory, Bern, Peter Lang, 2010, 222 p., ISBN 978-3-0343-0439-9

Texte intégral

1On ne saurait contester l’utilité de cet ouvrage, tant la postérité a identifié Oscar Wilde à un art du paraître qui associe l’habit, le comportement et le verbe. Justement : c’est sans doute l’heure de revenir sur les clichés et les lieux communs et, en particulier de chercher, dans la carrière de l’écrivain et de l’homme du monde, les principes organisateurs de ce qui va bien au delà d’un dandysme fin de siècle. Pour l’auteur en effet, Oscar Wilde développe « un art du moi » où la recherche d’une authentique plénitude d’être contraste avec l’apparence, trompeuse, d’un mode de vie superficiel. Les concepts opératoires sont ici « performance », qui renvoie à une véritable dynamique de la représentation (une sorte de mise en scène où prévaut l’action), et « persona » – Jung n’apparaît pourtant pas – image du moi, de nature statique, qui est projetée sur l’environnement et donc reçue par les autres. Étant entendu qu’Oscar Wilde fait du monde un théâtre, il rend théâtral ce qui l’entoure.

2Dans ces conditions – on est à la recherche d’une construction qui prend toute une vie, qui est sans cesse retouchée, comme on « retouche » un beau vêtement– le choix d’un développement chronologique s’imposait naturellement. Il se fait en six chapitres. À Oxford, Wilde jette les bases de sa théorie et fait de son irlandité une originalité. Plus tard, les réactions conservatrices lors de son voyage en Amérique sont un marqueur de sa différence, et Wilde saura faire rejaillir sur lui l’éclat féminin de Sarah Bernhardt et de Lillie Langtry. Dans les essais critiques (The Decay of Lying, The Critic as Artist, The Truth of Masks, Pen, Pencil and Poison, The Soul of Man under Socialism, The Portrait of Mr W.H.), l’esthète disparaît derrière ses écrits où se révèlent tous les aspects de la théorie, toutes les facettes de la persona et, en même temps, la peur que celle-ci ne puisse gagner le combat contre la norme victorienne. Bien sûr, Dorian Gray procède à un savant camouflage de l’homosexualité, mais surtout il peut être lu comme le journal du désarroi face à la fragmentation du moi, tandis que Salome raconte l’histoire d’une persona anéantie par la passion sans limites. La mise en scène brillante du conflit entre stéréotypes et véritables identités dans les comédies apporte sa pierre à l’édifice, couronné enfin, au bout du chemin pénitentiel de la rédemption dans De Profundis et The Ballad of Reading Gaol, par la souffrance, « the means by which we exist ». Un constat prudent clôt l’analyse de l’auteur : « Ultimately one’s very self is based on the performance one is permitted to play. »

3Avec sa bibliographie et ses illustrations bien choisies – un index aurait été bienvenu – ce livre dessine avec précision une trajectoire, et s’en tient avec rigueur à une perspective où ne manquent ni l’érudition ni la fermeté du propos : ce n’est pas un mince mérite.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Claude Fierobe, « « The Art of the Pose, Oscar Wilde’s Performance Theory », Heather Marcovitch », Études irlandaises [En ligne], 38-1 | 2013, mis en ligne le 30 juin 2013, consulté le 19 juillet 2017. URL : http://etudesirlandaises.revues.org/3445

Haut de page

Auteur

Claude Fierobe

Université de Reims Champagne-Ardenne

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Rennes

Haut de page