Navigation – Plan du site
Études d'histoire et de civilisation

Entre guerre et paix: les murals de Belfast

Pascal Pragnère
p. 119-134

Résumés

Cet article procède à un état des lieux des peintures murales nationalistes dans la ville de Belfast. Leur fonction essentielle est d’activer et de pérenniser les processus d’identification nationale. Les politiques publiques de transformation des murals n’enrayent que superficiellement ces dynamiques conflictuelles. Les questionnaires et données quantitatives soulignent une perception négative – voire un rejet – des peintures murales plus fréquents au sein des organisations modérées et parmi la population la plus qualifiée. À l’inverse, les supporters des partis radicaux appréhendent les murals plus positivement. Les radicaux des deux communautés ont ainsi une culture populaire et militante commune – et semble-t-il un respect réciproque pour ces œuvres – sur lesquels ils essayent parfois de construire des rapprochements intercommunautaires. Bien plus qu’un instrument de communication de masse, ces peintures sont des outils de communication de classe.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Le terme anglo-saxon est également utilisé dans cet article car il définit justement ce (...)
  • 2 Au cœur du conflit nord irlandais, Belfast est la ville où le phénomène des peintures murales (...)
  • 3 À titre indicatif, 57 ont été également inventoriées à Derry pendant cette même période.

1L’Irlande du Nord possède l’ensemble de peintures murales de type politique le plus important d’Europe. Cet article propose donc d’effectuer une analyse de ces murals1 et d’en définir les caractéristiques principales à travers l’exemple de Belfast2 à un moment précis de l’histoire. L’observation de ces peintures murales a été réalisée en 2011 et 2012, en parcourant systématiquement toutes les rues de Belfast. 399 peintures murales ont été inventoriées à Belfast. Faute de moyens et de temps l’ensemble du territoire d’Irlande du Nord n’a pas pu être inventorié. Des peintures sont présentes dans d’autres localités mais l’essentiel de cet ensemble est concentré dans les deux villes principales de la région, Belfast et Derry3. Afin de saisir au mieux l’organisation interne de cet univers pictural, cet article se base sur le corpus des 399 murals de Belfast. Le nombre de peintures à Belfast – sept fois supérieur à celui de Derry – rend ces données particulièrement intéressantes.

  • 4 Dès 1991 avec l’ouvrage de Bill Rolston, Politics and Painting: Murals and Conflict in (...)
  • 5 Les études de ces murals restent généralement descriptifs ; les travaux de Chaffee sur l’Amér (...)
  • 6 L’accord du Vendredi Saint 1998 (Good Friday Agreement) et Accord de Saint Andrews, 200 (...)
  • 7 Il n’y a pas à ce jour d’étude de l’impact des peintures murales sur la population en Irlande (...)

2Certains travaux se sont évidemment penchés sur ces peintures4, mais les fonctions politiques des murals dans le conflit restent encore peu étudiées, en particulier de façon systématique ou quantitative5. L’analyse du contexte géographique, historique et politique permet d’expliquer les fonctions de cette iconographie dans la dynamique du conflit nationaliste, dans la tentative de résolution contemporaine ou dans les difficultés actuelles à dépasser l’affrontement communautaire qui subsiste alors même que des accords de paix6 ont semblé régler définitivement la question nord irlandaise aux yeux de l’opinion internationale. Une analyse de la perception locale de cet ensemble pictural, à travers le traitement d’un questionnaire et d’une enquête d’opinion permet d’évaluer son impact au-delà de son statut de curiosité médiatique et touristique7.

3Les murals d’Irlande du Nord sont des fresques occupant souvent un pignon ou un mur entier de maison, et qui contiennent des images, du texte et des représentations symboliques ou héraldiques. 99,4 % de ces peintures ont une très bonne visibilité, et leur réalisation est extrêmement soignée. Seulement 12 graffiti politiques ont été répertoriés ; ceci indique que l’expression politique urbaine est monopolisée par les murals et que leurs commanditaires contrôlent efficacement les modes d’expression politique. Certains murals consistent en des supports plaqués aux murs (15,5 %), d’autres figurent au-dessus de mémoriaux (3,5 %).

  • 8 Il s’agit ici de campagnes de santé publique organisées par des associations caritatives ou l (...)

4En 2011-2012, 9,5 % des peintures ne sont pas politiques et concernent les thèmes de la sécurité routière, la lutte contre les drogues8 et le suicide, ou la décoration de bureaux de poste, de supérettes ou de pharmacies. L’impact des murals sur la société nord-irlandaise a contribué à populariser cette pratique en technique de décoration.

Photo 1 : Bureau de poste, Strandburn Drive, East Belfast

Photo 1 : Bureau de poste, Strandburn Drive, East       Belfast
  • 9 Andrew Hill et Andrew White, « Painting Peace? Murals and the Northern Ireland Peace Process» (...)
  • 10 Par exemple Alliance Party, les partis communistes ou les syndicats.
  • 11 Lyman G. Chaffee, Political Protest and Street Art. Popular Tools for Democratization in Hisp (...)

5D’autres thèmes apolitiques au premier abord tels que les droits des femmes, les sports, la danse, l’histoire des pubs ou la paix se sont multipliés pendant le processus de paix – encouragés par des politiques publiques de transformation des peintures partisanes9 – mais certains comme les sports ou la danse restent affiliés à une tradition culturelle britannique ou irlandaise, contribuant à déguiser une revendication politique en revendication culturelle. Les murals sont un mode d’expression exclusivement nationaliste et unioniste. Aucun ne contient un message politique différent. Pour l’instant, les organisations politiques défendant d’autres axes de structuration de l’espace public nord-irlandais10 n’utilisent pas ce mode d’expression. Les murals politiques appartiennent donc exclusivement au champ du conflit sur la représentation institutionnelle de l’Irlande du Nord. Ainsi, Lyman Chaffee expliquait que l’on trouve une densité particulière de street art en zones de conflits sociaux et politiques11. Les fonctions politiques de ces peintures dans le conflit sont analysées après le contexte de leur apparition.

Le contexte de l’apparition des murals

Origines au début du xxe siècle

  • 12 L’Ordre d’Orange est une organisation para politique qui milite pour la défense de l’Irla (...)
  • 13 Julie Mc Donald, Declan Mc Cavana, «The walls of Belfast speak louder than words», in Mar (...)

6En Irlande du Nord, les peintures murales apparurent entre 1908 et 1912 lors de la résistance unioniste au Home Rule. Elles étaient alors exclusivement loyalistes : représentations orangistes12 du roi Guillaume III (King Billy), victorieux des armées catholiques de Jacques II lors de la Bataille de la Boyne, le 12 juillet 1690, ainsi que des représentations des symboles d’allégeance à la couronne britannique. Ces peintures étaient déjà symbole de contrôle de l’espace public ainsi qu’expression de la domination protestante. Elles marquaient un territoire « britannique » ou « protestant », bien plus qu’un territoire « habité en majorité par des britanniques / protestants13 ».

Photo 2 : King Billy (Guillaume d’Orange) à la Bataille de la Boyne 1690. North West Belfast

Photo 2 : King Billy (Guillaume d’Orange) à           la Bataille de la Boyne 1690. North West Belfast

7Cette domination fut d’ailleurs traduite par le développement d’une législation sur le plan de l’expression identitaire, à travers le Flags and Emblems Act de 1954, qui interdisait le déploiement de drapeaux et symboles irlandais en Irlande du Nord, et donc de peintures murales républicaines. Une des premières explosions de violence et d’émeutes furent les Tricolour Riots, en 1964, au tout début de la Campaign for Social Justice, lorsqu’à l’occasion des élections à Westminster, le RUC (Royal Ulster Constabulary, la police d’Irlande du Nord) intervint violemment pour faire retirer un drapeau irlandais déployé sur un local nationaliste, provoquant ainsi des émeutes.

  • 14 « Vous entrez ici dans Derry libre ».
  • 15 En particulier en référence à des productions aux États-Unis et en Amérique latine, voir (...)

8Jusqu’au développement violent du conflit dans les années 1970-1980, les murals républicains ou nationalistes (irlandais) demeurèrent rares. Un des premiers est le fameux « you are now entering free Derry14 » peint à l’entrée du Bogside, quartier érigé en no man’s land qui connut les premières émeutes du conflit en 1969. Cette peinture traduisit le rééquilibrage des rapports de forces, et constitua une réponse symbolique à la domination protestante par la sanctuarisation d’un espace et sa soustraction au contrôle de l’État protestant d’Irlande du Nord. Lorsqu’elles furent produites en nombre, stimulées par des modèles internationaux15, les peintures murales devinrent un enjeu politique majeur.

Développement dans les années 1980

  • 16 Oona Woods, Seeing Is Believing? Murals in Derry Derry, Guildhall Press, 1995, p. 14-15.
  • 17 Pour une population d’un million et demi d’habitants. À l’échelle de la France, cela repr (...)
  • 18 Actuellement Gerry Adams est Président du Sinn Féin et Martin McGuinness Vice-Premier Min (...)
  • 19 Concept connu sous le terme de « long war strategy », incluant la nécessité de (...)
  • 20 « Armalite and ballot box strategy », concept popularisé par Danny Morrison – stratège en (...)

9La multiplication à grande échelle des murals se situe à la charnière des années 1979-198116, lorsque le conflit entra dans une nouvelle phase : à l’occasion de leur lutte pour le maintien du statut de prisonniers politiques (1976-1981), les prisonniers républicains furent confrontés à la criminalisation du conflit par Margaret Thatcher qui laissa dix prisonniers, réclamant la reconnaissance d’un statut politique, mourir de faim en prison (dont Bobby Sands, élu député à Westminster pendant sa grève de la faim). L’intransigeance de l’État britannique renforça la polarisation des deux communautés et laissait le conflit dans l’impasse alors que 2 200 personnes avaient déjà été tuées en dix ans17. Les républicains recherchèrent de nouvelles ressources et stratégies pour renforcer la mobilisation, trouver des soutiens complémentaires et continuer à justifier la violence alors que le conflit s’enlisait. C’est à ce moment que des militants plus politiques comme Gerry Adams ou Martin McGuinness18 prirent le contrôle du mouvement en théorisant la perspective d’un conflit long sans issue immédiate19. La stratégie mise en œuvre allia dès lors « l’urne et la mitraillette20 » sur le plan local avec l’internationalisation du conflit. Le développement rapide des peintures murales républicaines s’inscrivit dans cette double dynamique, et simultanément, par effet miroir, les murals loyalistes renforcèrent leur présence.

Réalisation : des militants convertis en artistes

  • 21 Lieux de contact ou de séparation entre les deux communautés (par un mur, un grillage, une (...)
  • 22 Jeremy MacClancy, Expressing Identities in the Basque Arena, Oxford, Santa Fe, New (...)
  • 23 Lyman G. Chaffee, 1993, op.cit. p. 36-43; Bill Rolston, Politics and Painting: Mura (...)
  • 24 Ces éléments proviennent d’entretiens réalisés avec des peintres nord-irlandais dans le cad (...)

10Ces peintures murales furent – et sont actuellement – essentiellement effectuées par des artistes autodidactes sans formation artistique, plutôt militants républicains ou loyalistes ayant une appétence particulière pour l’art de rue. Les murals étant toujours situés à l’intérieur des ghettos, ceux qui les ont réalisés étaient relativement protégés lors de leur conception. Des témoignages relatent cependant quelques agressions de peintres sur leur échafaudage dans certaines zones d’interface21. Ces œuvres ne furent donc pas créées par des rituels initiatiques comme Jeremy MacClancy l’explique pour les peintures ou graffiti du Pays Basque où le risque est beaucoup plus grand22. Il s’agit plutôt d’œuvres destinées à durer et revêtant d’autres fonctions, notamment en raison de leur impact visuel et de leur permanence23. Les artistes n’agissent actuellement que rarement de leur propre chef, mais exécutent des commandes d’organisations paramilitaires, de partis politiques ou d’habitants du quartier environnant qui souhaitent célébrer un héros local ou dénoncer un évènement particulier24.

  • 25 « £3.3 million going to replace murals », Belfast Telegraph, 10 juillet 2006.
  • 26 Sous couvert d’anonymat, ils m’ont affirmé avoir récemment peint une scène particul (...)
  • 27 Comme la danse ou la culture, les sports sont étroitement liés aux traditions commu (...)

11Les institutions britanniques ont généralement toléré ces expressions murales pendant le conflit car elles étaient situées à l’intérieur des communautés qui toutes deux utilisaient l’iconographie publique comme forme de propagande. Intervenir sur ces sujets ayant trait à l’identité nationale aurait également provoqué des réactions violentes. En revanche, dans le cadre du processus de paix, des politiques publiques encouragent la transformation des murals au contenu partisan ou violent pour en faire des œuvres neutres ou favorables à la paix, pour faciliter la réconciliation intercommunautaire. De plus, ils sont devenus un des principaux attraits touristiques dans les villes de Belfast ou Derry. Des visites des peintures murales sont organisées par différents opérateurs, les touristes étant souvent guidés par d’anciens prisonniers en reconversion. Le Re-Imagining Communities Programme alloua ainsi en 2006 la somme de 3,3 millions de livres Sterling pour la transformation de peintures en messages apolitiques, pacifiques, ou culturels sans connotation partisane25. Selon le témoignage de deux peintres de Derry, certains ont reçu jusqu’à 30 000 livres de l’Office de Tourisme d’Irlande du Nord pour transformer un mural26. De plus, sous des thèmes apparemment non politiques (par exemple la célébration de joueurs de football ou de hurling)27, l’affiliation communautaire demeure et vient souligner la fonction essentiellement identitaire de ces peintures.

Photo 3 : Titanic, Newtownwards Road, East Belfast, mural célébrant la construction du Titanic, gloire Britannique.

12[Image non convertie]

Belfast en 2012 : une transformation de façade…

Localisation : les murals dans les ghettos

  • 28 Entre le printemps 2011 et le printemps 2012.

13399 murals ont été répertoriés à Belfast au cours de cette recherche conduite pendant un an28. Contrairement à ce que pourrait laisser croire l’impact médiatique des inscriptions murales républicaines, les fresques loyalistes sont plus nombreuses, 54 % contre 46 %.

  • 29 Appelés « peace lines » en Irlande du Nord. Sur ces divisions de la ville, voir Ballif, F (...)

14La ville de Belfast est divisée en quartiers républicains catholiques ou loyalistes protestants, véritables ghettos ethniquement homogènes. Certains sont séparés par des murs de sécurité29. Les quartiers mixtes et neutres sont essentiellement le centre ville commercial, le quartier de l’université ainsi que les quartiers résidentiels au sud de la ville. Cette mixité se recoupe souvent avec les quartiers les plus favorisés socialement.

Graphique 1 : Localisation géographique des murals à Belfast en 2012 (N = 399)

Graphique 1 : Localisation géographique des           murals à Belfast en 2012 (N = 399)
  • 30 Voir paragraphe « fonctions ».
  • 31 Les républicains expliquent qu’il aurait défendu l’Irlande contre les envahisseurs, alors (...)

15Les peintures murales sont situées à l’intérieur des ghettos, là où le soutien aux partis radicaux est le plus fort et où les conditions socio-économiques sont les moins favorables : à l’ouest, au nord-est et à l’est de la ville. Dans ces quartiers, les peintures se situent parfois sur les interfaces, ou sur les peace lines, mais sont orientées vers l’intérieur de la communauté non pas pour défier l’ennemi, mais bien davantage pour renforcer le sentiment d’appartenance intracommunautaire et les dynamiques de mobilisation30. Elles contribuent également à revendiquer l’appartenance de certains symboles comme Cuchulainn, héros mythologique dans les deux traditions31.

  • 32 Ils expliquent par exemple que les institutions de partage du pouvoir instaurées par les (...)

16En procédant à l’inventaire systématique des fresques, il est apparu que ces transformations sont essentiellement effectuées à la périphérie des quartiers dans les lieux visibles par les touristes ou les personnes extérieures à la communauté, le long des artères les plus fréquentées comme Falls Road. Lorsque l’on pénètre à l’intérieur des quartiers, comme par exemple Ballymurphy ou Short Strand, les anciennes peintures et les thèmes violents ou agressifs demeurent, ce qui signifie que le processus de paix et les dynamiques de réconciliation n’atteignent pas encore le cœur identitaire des communautés comme l’expliquent fort justement des observateurs du processus de paix et des nouvelles institutions nord irlandaises de partage du pouvoir32.

Photo 4 : Au cœur du ghetto, images violentes célébrant les héros de l’IRA, Belfast South East, The Markets Area, proche du centre.

Photo 4 : Au cœur du ghetto, images violentes           célébrant les héros de l’IRA, Belfast South East, The Markets Area,           proche du centre.
  • 33 Les modérés vivent en majorité dans les quartiers mixtes ou neutres et n’ont pas (...)
  • 34 Les deux principales organisations paramilitaires: Irish Republican Army, organ (...)

17Dans le centre ville ou les quartiers mixtes où le soutien aux modérés nationalistes et unionistes est le plus fort, les peintures murales sont absentes. Ceci atteste que ce moyen de communication n’est pas utilisé par les modérés qui se satisfont des medias classiques, mais aussi en raison d’une expérience du conflit qui ne nécessite pas autant de mobilisation identitaire et de renforcement communautaire33. Cela souligne aussi les différentes perspectives intracommunautaires : les radicaux expriment la nécessité de sanctuariser un territoire, contrairement aux modérés qui ne politisent pas l’espace de façon similaire. Ainsi, les peintures murales définissent un territoire où les rapports de forces intra-communautaires sont favorables aux radicaux, et signalent le contrôle de ces zones par les paramilitaires de l’IRA ou de l’UVF34.

  • 35 Le terme « nationaliste » s’applique également aux républicains – nationalistes irlandais (...)

18La totalité des peintures murales politiques sont nationalistes35 : ceci montre que leur puissance visuelle et mobilisatrice est entièrement consacrée à la thématique nationale, et que les radicaux des deux bords contrôlent la structuration de l’espace public en écartant d’autres questions de sociétés majeures comme les enjeux de classe ou de genre.

Thèmes : priorité à l’identité

  • 36 Bill Rolston 1991, op.cit., ou Rolston, Drawing Support: Murals in the North of Ireland, (...)
  • 37 Alain Miossec, Murals d’Irlande du Nord. Quel avenir après 100 années de pratique communa (...)
  • 38 Pascal Pragnère, « Peintures murales en Irlande du Nord et au Pays Basque : mob (...)

19Dès le début des années 1980, des thèmes récurrents s’imposent. Ils sont illustrés en détail dans les travaux de Bill Rolston36 ou d’Alain Miossec37 et analysés par rapport aux fonctions qu’ils soutiennent38. Les principaux thèmes se répartissent selon une grille de lecture identitaire développant des références historiques, mythologiques, symboliques, héraldiques ; une grille de lecture mémorielle incluant la célébration de martyrs, de massacres et l’historicisation d’évènements contemporains et une ultime grille culturelle comprenant des références à la culture la langue, la religion et les sports spécifiques à chaque communauté. Les questions relatives à la justice sont également fréquentes, ainsi que les références internationales dans les quartiers républicains. Enfin, le thème de la paix est apparu dans le cadre du processus de paix. Plus épisodiquement, ces murals servent également de support politicien dans le cadre de campagnes électorales.

  • 39 Les peinture murales contiennent souvent plusieurs référents thématiques.

Gaphique 2 : Contenus thématiques des Murals à Belfast en 2012 (N = 649, 399 murals)39

Gaphique 2 : Contenus thématiques des Murals           à Belfast en 2012 (N = 649, 399 murals)39
  • 40 Compte tenu de la richesse sémantique et de la composition des murals, il est impossible (...)

20Le graphique 2 confirme clairement la fonction essentiellement identitaire des murals40. Si les usages politiciens, les comparaisons internationales, les revendications de justice ou de paix sont fortement minoritaires, la thématique identitaire est en revanche présente dans la quasi totalité des fresques.

Graphique 3 : Occurrences thématiques par communauté, Belfast 2012 (N=399 murals ; 649 occurrences thématiques)

Graphique 3 : Occurrences thématiques par           communauté, Belfast 2012 (N=399 murals ; 649 occurrences           thématiques)
  • 41 G.K. Peatling, «Unionist identity, external perceptions of Northern Ireland, an (...)
  • 42 John Coakley, « Comparing Ethnic Conflicts: Common Patterns, Shared Challenges », (...)

21Le graphique 3 montre que les murals loyalistes ont plus fréquemment un contenu identitaire que les fresques républicaines. Les républicains les utilisent en revanche plus fréquemment pour des mémoriaux, le culte des héros et l’historicisation d’évènements, ce qui leur permet de se positionner davantage à travers un statut de victime. Ils utilisent aussi plus systématiquement les références culturelles comme la langue, la danse ou les sports. Ce graphique confirme également que les références internationales sont uniquement utilisées par les républicains41, de même que les fonctions électoralistes. Les républicains ont ainsi un usage multifonctionnel des peintures murales, alors que les loyalistes ont tendance à y recourir essentiellement pour mettre en avant des revendications identitaires. La revendication identitaire moins intense dans les murals républicains corrobore les résultats de certaines recherches qui expliquent une diminution des identifications nationales irlandaises au sein de la population catholique nationaliste42.

Photo 5 : Cuchulainn, héros mythologique, lutte armée et appel au vote pour le Sinn Féin, Ballymurphy, West Belfast.

Photo 5 : Cuchulainn, héros mythologique,           lutte armée et appel au vote pour le Sinn Féin, Ballymurphy, West           Belfast.

Au cœur de la dynamique du conflit

  • 43 Bill Rolston, Drawing Support: Murals in the North of Ireland, Belfast, Beyond (...)
  • 44 Lyman Chaffee, op.cit., p. 5-17.
  • 45 Neill Jarman, « Painting Landscapes: The Place of Murals in the Symbolic Construction of (...)
  • 46 Cette approche a été développée dans le cadre du groupe de recherche « Peinture murale, e (...)

22Au-delà des fonctions d’éducation populaire ou de propagande qu’explique Bill Rolston43, de communication alternative de masse comme le défend Lyman Chaffee dans le cas de pays hispaniques44, ou de marquage et de contrôle territorial45, les références contenues dans ces murals font partie de processus de mobilisation qui activent l’identité nationale et l’érigent comme axe central et vital de structuration de l’espace public. Ainsi les premières fonctions des murals dans les années 1979-81 furent de contrer la criminalisation en politisant l’espace public. Elles projetèrent dans cet espace public un système – ou un nuage – de références identificatoires culturelles, historiques ou symboliques qui devenaient immédiatement et durablement disponibles pour la population de ces quartiers. De plus, la profondeur temporelle de ces références inscrit la lutte des parties en conflit (républicains ou loyalistes) dans une continuité historique qui la légitime. La population est donc appelée à poursuivre la lutte de ses prédécesseurs et toute défection sera présentée comme une trahison. En diffusant des références anciennes (insurrection de Pâques 1916 pour les républicains ; Guillaume d’Orange et la Bataille de la Boyne en 1690, ou le sacrifice de la Somme en 1916 pour les loyalistes) aux côtés de références récentes internes au conflit (Bloody Sunday, massacres réciproques), les murals contribuent à actualiser le passé aussi bien qu’à historiciser le présent. Le passé légitime la lutte présente et l’historicisation de cette lutte lui donne une légitimité contemporaine. Ces processus de mobilisation identitaires contribuent aux dynamiques du conflit46.

Photo 6 : Mémorial à la 36e division décimée à la bataille de la Somme en 1916, Castlereagh, East Belfast.

Photo 6 : Mémorial à la 36e division décimée à la bataille de la Somme en           1916, Castlereagh, East Belfast.
  • 47 En particulier auprès des basques, des palestiniens, ou des afro-américains.
  • 48 Bill Rolston, « The Brothers on the Walls ». Journal of Black Studies, 39 (3), (...)
  • 49 Pascal Pragnère, «Exporter la guerre - importer la paix. Dimensions transnation (...)

23Les républicains, qui identifièrent leur lutte à celle de tous les peuples opprimés, réussirent à trouver des soutiens et relais internationaux47. En revanche, les loyalistes, davantage dans une position de dominant peu mobilisable dans une lecture binaire du conflit, n’utilisèrent pas les références internationales dans leurs fresques48. La dynamique d’internationalisation du côté républicain trouva d’autant plus d’écho qu’elle se produisit parallèlement à des actions similaires au Pays Basque ou en Palestine49. Ceci explique que l’on trouve des références internationales dans les quartiers républicains (3 %) et aucune dans les quartiers loyalistes.

Photo 7 : Solidarité avec les prisonniers palestiniens, sur la « peaceline », Falls Road, West Belfast.

Photo 7 : Solidarité avec les prisonniers           palestiniens, sur la « peaceline », Falls Road, West Belfast.
  • 50 Inscription qui marque l’accès au Bogside, quartier républicain de Derry.
  • 51 À l’entrée de Sandy Row, quartier loyaliste proche du centre de Belfast ; parod (...)

24Dès les années 1980, les commanditaires des murals réussirent à les imposer aux médias audiovisuels comme arrière plan habituel des reportages sur le conflit ; les journalistes propageaient ainsi des stratégies de communication et de mobilisation qui les dépassaient, présentant les protagonistes comme des figures arriérés d’une guerre d’un autre temps. You are now entering Free Derry50 ou You are now entering Loyalist Sandy Row51 étaient devenus des lieux de point presse et obtinrent une diffusion internationale – tout de même moins fréquente pour les loyalistes.

25L’état des lieux en 2011-12 ne fait que confirmer que les stratégies mises en place au cours du conflit sont toujours actives : 9,5 % des peintures ne sont pas partisanes. La nécessité de renforcer la conscience et les identités nationales comme éléments dominants de la structuration de l’espace public est toujours vivace pour les commanditaires des peintures qui étouffent toute autre représentation de la vie sociale.

Photo 8 : Parodie loyaliste du célèbre « you are now entering free Derry », Sandy Row, West Belfast.

Photo 8 : Parodie loyaliste du célèbre « you           are now entering free Derry », Sandy Row, West Belfast.
  • 52 Richard Jenkins, Rethinking Ethnicity: Arguments and Explorations, 2ème edition, London, (...)
  • 53 Voir Michael Billig, Banal Nationalism, London, Sage, 1995.

26Les peintures murales participent ainsi activement à la dynamique du conflit car elles sont un outil de légitimation de la lutte, et recherchent la mobilisation. Il s’agit maintenant de comprendre si ces fresques produisent un effet sur la population en fournissant une grille de lecture politique de la société ou en construisant un contexte de socialisation comme cela a été expliqué pour les identités nationales52, ou par une routinisation de l’activation identitaire53.

Effets et perceptions : une communication de classe

  • 54 Bill Rolston, 1995, op.cit., p.iv.

27Les commanditaires eux-mêmes jugent les peintures murales très efficaces en termes de mobilisation électorale54. Les résultats électoraux des partis radicaux dans les quartiers où elles sont implantées sont élevés mais aucune donnée ne permet de comparer les sentiments d’appartenance nationale ou la mobilisation nationaliste avant et après l’installation d’une peinture murale et de juger dès lors de leur impact sur le vote. En l’absence de telles données, un questionnaire a été élaboré et distribué à des étudiants de l’Université d’Ulster afin de connaître leur appréhension du phénomène. Ce questionnaire a produit des résultats inexploitables car il a été rempli de façon absolument négative : trop de questions furent laissées sans réponse, ou traitées avec dérision. Le public étudiant, du fait de son niveau social au Royaume Uni, n’est pas confronté à la réalité sociale de ces quartiers et considère de toute évidence les peintures murales et le conflit qu’elles incarnent avec dédain. Seulement 5,8 % des sondés sont parvenus à identifier les appartenances des peintures murales, ce qui révèle une totale méconnaissance de la question des « troubles ». Il est également envisageable que des jeunes issus de quartiers « ouvriers » et accédant à un niveau culturel plus élevé se détournent à la fois de la culture politique dans laquelle a baigné leur enfance et des murals qui est un rappel permanent de cette culture.

  • 55 Northern Irish Life and Times Survey 2010. Sondage réalisé sur un échantillon de 12 (...)

28Un sondage d’opinion réalisé plus sérieusement en tête à tête permet toutefois d’appréhender la question de la perception55. 20,4 % des personnes interrogées ont été « dérangés » par les peintures murales républicaines, alors que 24,3 % l’ont été par les peintures loyalistes. Cet écart ne reflète pas de différence significative dans la perception de ces peintures dans la population en général.

Tableau 1 : Personnes affectées par les murals selon le niveau de qualification et le genre (%) (Source : Northern Irish and Times Survey 2010)

Qualification universitaire (%)

Sans qualification (%)

Homme (%)

Femme (%)

Dérangés par murals républicains

oui

28,4

18,4

20,9

20,1

non

70,6

81,4

78,7

79,5

Dérangés par murals loyalistes

oui

35,0

16,2

25,5

23,3

non

63,5

83,5

74,3

75,8

N

N= 1196

N= 1203

29Les catégories d’âge n’ont pas été retenues car elles ne présentaient que d’infimes variations. Le tableau 1 montre que le genre n’influe pas non plus sur la perception des peintures murales. En revanche, le niveau de qualification agit sur leur perception. Ainsi, plus le niveau de qualification est élevé, plus les personnes se déclarent « dérangées » par les peintures murales. Plus il est bas, moins elles sont affectées. Cette variation suggère que les personnes les plus exposées aux fresques sont moins perturbées, parce que plus habituées, puisque les murals se situent essentiellement dans les ghettos socialement défavorisés. Elle confirme aussi que ces peintures sont un mode de communication davantage utilisé par les classes populaires qui leur portent un regard plus favorable. Il convient également de noter que les peintures loyalistes produisent en général un effet plus négatif sur les échantillons que les peintures républicaines.

Tableau 2 : Personnes affectées par les murals selon l’identité nationale (%) (Source : Northern Irish and Times Survey 2010)

identité nationale

Britannique (%)

Irlandaise (%)

Ulster (%)

Irlande du Nord (%)

Dérangés par murals républicains

oui

22,6

20,3

17

19,5

non

77,4

79,7

78,7

80,5

Dérangés par murals loyalistes

oui

20,5

31,2

19,1

25,5

non

79,2

68,5

78,7

74,2

N= 1201

30De façon assez inattendue, il n’y a pas de gros écart entre la perception des peintures murales républicaines ou loyalistes en fonction des identifications nationales. Les personnes s’identifiant comme Britanniques, d’Ulster ou Irlandaises du Nord, sont affectées de façon relativement similaire par les peintures murales qu’elles soient républicaines ou loyalistes. Les personnes s’identifiant comme irlandaises sont en revanche nettement plus affectées par les peintures loyalistes (31,2 %), ce qui suggère une relation plus conflictuelle.

Tableau 3 : Personnes affectées par les murals selon l’orientation électorale (%) (Source : Northern Irish and Times Survey 2010)

vote

DUP (%)

Sinn Féin (%)

UUP (%)

SDLP (%)

Alliance (%)

Dérangés par murals républicains

oui

23,8

12,9

23,8

26,1

20,2

non

76,2

87,1

76,2

72,9

78,9

Dérangés par murals loyalistes

oui

16,8

26,5

28,6

31,7

36,8

non

83,2

73,5

71,4

67,3

63,2

N= 1181

  • 56 Social Democratic Labour Party, parti nationaliste modéré, soutenu par les classes (...)
  • 57 Democratic Unionist Party, parti radical loyaliste, et Ulster Unionist Party, parti unionis (...)

31Finalement, le tableau 3 révèle que le Sinn Féin est le parti dont les électeurs sont logiquement les plus favorables aux peintures murales républicaines. Mais il révèle surtout que le SDLP56 y est le moins favorable. Ceci confirme la familiarité des radicaux et des classes les moins favorisées avec ce mode de communication, et illustre également le conflit interne entre radicaux et modérés quant aux modes de communication et de mobilisation politique. Ainsi le SDLP est plus négatif à l’égard des murals de son propre camp que ne le sont ses rivaux du DUP et UUP57. Ses supporters ont également une perception moins favorable des murals loyalistes que les supporters du Sinn Féin, pourtant habituellement jugés plus radicaux et dans une relation plus intransigeante. Ces derniers sont les plus favorables, après le DUP, aux expressions murales loyalistes. Alliance, parti modéré, aconfessionnel et soutenu par les classes supérieures développe la perception la moins favorable des murals. Ces données montrent finalement que le mode d’expression et de mobilisation par la peinture murale appartient à une culture militante populaire radicale qui parvient à aiguillonner la légitimité des modérés. La socialisation de la majorité des supporters des organisations radicales dans un milieu où les fresques sont omniprésentes contribue à leur donner une perception plus positive de ces œuvres qu’aux personnes extérieures plus facilement déstabilisées.

  • 58 Il s’agit d’une représentation du Gernika de Picasso.

32Cet état des lieux des peintures murales nationalistes en Irlande du Nord et en particulier dans la ville de Belfast fait apparaitre qu’elles ont pour fonction essentielle d’activer et de pérenniser les processus d’identification nationale. Les politiques publiques de transformation des murals ne parviennent à enrayer ces dynamiques conflictuelles que superficiellement, et les nouvelles institutions ne génèrent pas de processus de transformation identitaire. Les questionnaires et données quantitatives soulignent une perception négative – voire un rejet – des peintures murales plus fréquents au sein des organisations modérées et parmi la population la plus qualifiée. À l’inverse, les supporters des partis radicaux sont plus familiers avec les murals et les appréhendent plus positivement. Les radicaux des deux communautés ont ainsi une culture populaire et militante commune – et semble-t-il un respect réciproque pour ces œuvres – sur lesquels ils essayent parfois de construire des rapprochements intercommunautaires. Ainsi des peintures souhaitant la paix, identiques dans chaque communauté, ont été élaborées dans le cadre de projets de réconciliation dans l’est de Belfast. De même, la première peinture murale conjointe a été réalisée sur Falls Road en 2009 par des peintres loyalistes et républicains58. Les peintures murales, longtemps parties prenantes de dynamiques de conflit, peuvent ainsi parfois contribuer à relancer le processus de paix.

Photo 9 : Guernica réalisé par des peintres républicains et loyalistes, Falls Road, West Belfast.

Photo 9 : Guernica réalisé par des peintres         républicains et loyalistes, Falls Road, West Belfast.
Haut de page

Bibliographie

Ballif, Florine, « Murs de sécurité et politique de maintien de l'ordre à Belfast », Les Cahiers du MIMMOC, 5, 2009, ().

Billig, Michael, Banal Nationalism, London, Sage, 1995.

Chaffee, Lyman, « Social conflict and alternative mass communications: public art and politics in the service of Spanish-Basque nationalism », European Journal of Political Research 16 (5), 1988, p. 545-572.

Chaffee, Lyman G., Political Protest and Street Art. Popular Tools for Democratization in Hispanic Countries, Westport, London, Greenwood Press, 1993.

Coakley, John, « Comparing Ethnic Conflicts: Common Patterns, Shared Challenges » in Coackley, J. (dir.), Pathways From Ethnic Conflict. Institutional Redesign in Divided Societies, London/New York, Routledge, 2010.

Guiffan, Jean, « Irlande du Nord, les murs témoignent », revue Skol Vreizh, nº 41, Morlaix, Skol Vreizh, 1998.

Hill, Andrew, White, Andrew « Painting Peace? Murals and the Northern Ireland Peace Process », Irish Political Studies, n° 27, 2012.

Jarman, Neil, Material Conflicts. Parades and Visual Displays in Northern Ireland, Oxford, New York, Berg, 1997.

Jarman, Neill, « Painting Landscapes: The Place of Murals in the Symbolic Construction of Urban Space », in Buckley, A. (dir.), Symbols in Northern Ireland, Belfast, Institute of Irish Studies, Queen’s University, 1998.

Jenkins, Richard, Rethinking Ethnicity: Arguments and Explorations. 2nd ed., London, Los Angeles, Sage Publications, 2008.

Jenkins, Richard, Social Identity. 3rd ed., New York, Routledge, 2008.

MacClancy, Jeremy, Expressing Identities in the Basque Arena, Oxford, Santa Fe, James Currey, School for Advanced Research Press, 2007.

Mc Donald, Julie, Mc Cavana, Declan, « The walls of Belfast speak louder than words », in Hähnel-Mesnard, Marie, Marinas, Cristina (dir.), Représentations contemporaines de la mémoire dans les espaces mémoriels, les arts du visuel, la littérature et le théâtre, Paris, Éditions de l'École Polytechnique, 2008.

Miossec, Alain, Murals d’Irlande du Nord. Quel avenir après 100 années de pratique communautaire?, Rennes, CRBC, 2011.

Peatling, G. K., « Unionist identity, external perceptions of Northern Ireland, and the problem of Unionist legitimacy », Éire-Ireland 39 (1&2), 2004, p. 215-236.

Pragnère, Pascal, « Peintures murales en Irlande du Nord et au Pays Basque : mobilisation et création d’identité nationale », in Yèche, Hélène (dir.), Cahiers du MIMMOC 5, 2010.

Pragnère, Pascal, « Exporter la guerre – importer la paix. Dimensions transnationales de deux conflits nationalistes. Irlande du Nord, Pays Basque » in Maignant C. (dir.), La France et l'Irlande: destins croisés, 16e-21e siècle, Lille, Presses du Septentrion, 2013.

Pragnère, Pascal, García Lázaro, Néstor, « Evoluciones del “arte callejero” nacionalista de la dictadura a la democracia en Canarias y País Vasco », in Loff M., Molinero C. (dir.), Sociedades en cambio: España y Portugal en los años setenta, Barcelona, CEFID-UAB/IHC, 2012.

Pragnère, Pascal, « Les peintures murales: instrument politique et patrimoine historique », Euskonews 608, janvier 2012.

Rolston, Bill, Politics and Painting: Murals and Conflict in Northern Ireland, Cranbury, NJ, Associated University Presses, 1991.

Rolston, Bill, Drawing Support: Murals in the North of Ireland, Belfast, Beyond the Pale Publications, 1994.

Rolston, Bill, Drawing Support 2: Murals of War and Peace, Belfast, Beyond the Pale Publications, 1995.

Rolston, Bill, « The Brothers on the Walls », Journal of Black Studies 39 (3), 2009, p. 446-470.

Shirlow, Peter and Brendan, Murtagh, Belfast, Segregation, Violence and the City, London, Pluto Press, 2006.

Taylor, Rupert, « Northern Ireland: consociation or social transformation?», in McGarry, J. (dir.), Northern Ireland and the Divided World. The Northern Ireland Conflict and the Good Friday Agreement in Comparative Perspective, Oxford, Oxford University Press, 2001.

Taylor, Rupert, « The Belfast Agreement and the limits of consociationalism », in Farrington C. (dir.), Global Change, Civil Society and the Northern Ireland Peace Process. Implementing the Political Settlement, Basingstoke, Palgrave Macmillan, 2008.

Tréguer, Annick, Chicanos. Murs peints des États-Unis, Paris, Presses de la Sorbonne nouvelle, 2000.

Urteaga, Eguzki, Le Vote Nationaliste Basque, Paris, L’Harmattan, 2007.

Woods, Oona, Seeing Is Believing? Murals in Derry, Derry, Guildhall Press, 1995.

Haut de page

Notes

1 Le terme anglo-saxon est également utilisé dans cet article car il définit justement cette spécificité nord-irlandaise.

2 Au cœur du conflit nord irlandais, Belfast est la ville où le phénomène des peintures murales est le plus présent.

3 À titre indicatif, 57 ont été également inventoriées à Derry pendant cette même période.

4 Dès 1991 avec l’ouvrage de Bill Rolston, Politics and Painting: Murals and Conflict in Northern Ireland, Cranbury, NJ, Associated University Presses, 1991, puis ses autres ouvrages (voir bibliographie), ou Jean Guiffan avec le recueil Irlande du Nord, les murs parlent, revue Skol Vreizh nº 41, Morlaix, Skol Vreizh, 1998.

5 Les études de ces murals restent généralement descriptifs ; les travaux de Chaffee sur l’Amérique Latine et l’Espagne (1988, 1993), Jarman (1998), Miossec (2011) et Rolston (1991) sont les plus approfondis.

6 L’accord du Vendredi Saint 1998 (Good Friday Agreement) et Accord de Saint Andrews, 2005.

7 Il n’y a pas à ce jour d’étude de l’impact des peintures murales sur la population en Irlande du Nord, ni ailleurs.

8 Il s’agit ici de campagnes de santé publique organisées par des associations caritatives ou les pouvoirs publics qui utilisent ce support de communication. Ces campagnes sont considérées comme non politiques. En revanche, des organisations paramilitaires, en particulier des dissidents de l’IRA, se disputent le contrôle de réseaux clandestins sous couvert d’action contre la drogue comme le DAAD (Direct Action Against Drugs).

9 Andrew Hill et Andrew White, « Painting Peace? Murals and the Northern Ireland Peace Process», Irish Political Studies, n° 27, 2012.

10 Par exemple Alliance Party, les partis communistes ou les syndicats.

11 Lyman G. Chaffee, Political Protest and Street Art. Popular Tools for Democratization in Hispanic Countries, Westport, London, Greenwood Press, 1993, Introduction.

12 L’Ordre d’Orange est une organisation para politique qui milite pour la défense de l’Irlande du Nord au sein du Royaume Uni.

13 Julie Mc Donald, Declan Mc Cavana, «The walls of Belfast speak louder than words», in Marie Hähnel-Mesnard et Cristina Marinas, (dir.), Représentations contemporaines de la mémoire dans les espaces mémoriels, les arts du visuel, la littérature et le théâtre, Paris: Editions de l'Ecole Polytechnique, 2008.

14 « Vous entrez ici dans Derry libre ».

15 En particulier en référence à des productions aux États-Unis et en Amérique latine, voir par exemple Annick Tréguer,Chicanos. Murs peints des États-Unis, Paris, Presses de la Sorbonne nouvelle, 2000.

16 Oona Woods, Seeing Is Believing? Murals in Derry Derry, Guildhall Press, 1995, p. 14-15.

17 Pour une population d’un million et demi d’habitants. À l’échelle de la France, cela représenterait environ 90 000 personnes.

18 Actuellement Gerry Adams est Président du Sinn Féin et Martin McGuinness Vice-Premier Ministre d’Irlande du Nord.

19 Concept connu sous le terme de « long war strategy », incluant la nécessité de maintenir la mobilisation populaire.

20 « Armalite and ballot box strategy », concept popularisé par Danny Morrison – stratège en communication du Sinn Féin – lors du congrès du Sinn Féin en 1981.

21 Lieux de contact ou de séparation entre les deux communautés (par un mur, un grillage, une rivière, une rue ou un bâtiment).

22 Jeremy MacClancy, Expressing Identities in the Basque Arena, Oxford, Santa Fe, New Mexico, James Currey, School for Advanced Research Press, 2007, Ch.7.

23 Lyman G. Chaffee, 1993, op.cit. p. 36-43; Bill Rolston, Politics and Painting: Murals and Conflict in Northern Ireland, Cranbury, NJ, Associated University Presses,1991, p. 122-123.

24 Ces éléments proviennent d’entretiens réalisés avec des peintres nord-irlandais dans le cadre d’un projet en cours sur la circulation des peintres, des sujets, des modèles ou des images – copies ou imitations – entre le Pays Basque et l’Irlande du Nord. Six entretiens ont été réalisés avec des peintres nord-irlandais, six avec des basques. Étude à paraître dans la revue Nuevo Mundo Mundos Nuevos en 2014.

25 « £3.3 million going to replace murals », Belfast Telegraph, 10 juillet 2006.

26 Sous couvert d’anonymat, ils m’ont affirmé avoir récemment peint une scène particulièrement violente afin de percevoir, après négociations, une somme très importante pour la remplacer par un contenu culturel.

27 Comme la danse ou la culture, les sports sont étroitement liés aux traditions communautaires : ainsi les loyalistes pratiquent ou sont supporters de football, alors que les républicains pratiquent ou sont supporters de sports traditionnels irlandais comme le hurling ou le football gaélique.

28 Entre le printemps 2011 et le printemps 2012.

29 Appelés « peace lines » en Irlande du Nord. Sur ces divisions de la ville, voir Ballif, Florine, « Murs de sécurité et politique de maintien de l'ordre à Belfast », Les Cahiers du MIMMOC, 5, 2009, (), ou Shirlow, Peter and Brendan Murtagh, Belfast, Segregation, Violence and the City, Londres, Pluto Press, 2006.

30 Voir paragraphe « fonctions ».

31 Les républicains expliquent qu’il aurait défendu l’Irlande contre les envahisseurs, alors que les loyalistes prétendent qu’il défendit l’Ulster face aux irlandais.

32 Ils expliquent par exemple que les institutions de partage du pouvoir instaurées par les accords de 1998 (Good Friday Agreement) et 2005 (Saint Andrews Agreement) figent la représentation des communautés et empêchent le dépassement du conflit identitaire. Voir par exemple Rupert Taylor, « Northern Ireland: consociation or social transformation? », in J. McGarry (dir.) Northern Ireland and the Divided World. The Northern Ireland Conflict and the Good Friday Agreement in Comparative Perspective, Oxford: Oxford University Press, 2001, ou: Rupert Taylor, «The Belfast Agreement and the Politics of Consociationalism: A Critique », 2006, The Political Quarterly 77 (2), p. 217-226.

33 Les modérés vivent en majorité dans les quartiers mixtes ou neutres et n’ont pas le même vécu de la violence, de la vie dans les ghettos ou de l’injustice.

34 Les deux principales organisations paramilitaires: Irish Republican Army, organisation combattante républicaine irlandaise, et Ulster Volunteer Force, paramilitaires loyalistes britanniques. D’autres existent, notamment l’Irish National Liberation Army (INLA) républicaine, ou l’Ulster Freedom Fighters (UFF) faisant partie de l’Ulster Defence Association (UDA). Les murals portent souvent la signature de certains de leurs bataillons ou de certaines de leurs branches, parfois en compétition pour la domination territoriale. A cette date, la majorité des peintures est l’œuvre de l’UVF et de ses organisations satellites.

35 Le terme « nationaliste » s’applique également aux républicains – nationalistes irlandais – et aux loyalistes – nationalistes britanniques.

36 Bill Rolston 1991, op.cit., ou Rolston, Drawing Support: Murals in the North of Ireland, Belfast, Beyond the Pale Publications, 1994, et Drawing Support 2: Murals of War and Peace, Belfast, Beyond the Pale Publications,1995.

37 Alain Miossec, Murals d’Irlande du Nord. Quel avenir après 100 années de pratique communautaire? Rennes, CRBC, 2011.

38 Pascal Pragnère, « Peintures murales en Irlande du Nord et au Pays Basque : mobilisation et création d’identité nationale », Cahiers du MIMMOC 5, Hélène Yèche (dir.), 2010, http://mimmoc.revues.org/405.

39 Les peinture murales contiennent souvent plusieurs référents thématiques.

40 Compte tenu de la richesse sémantique et de la composition des murals, il est impossible de réduire chaque mural à une seule thématique. Certains contiennent donc deux thèmes. Les pourcentages sont donc établis avec 649 thèmes répartis en 399 murals.

41 G.K. Peatling, «Unionist identity, external perceptions of Northern Ireland, and the problem of Unionist legitimacy», Éire-Ireland 39 (1&2), 2004, p. 215-236.

42 John Coakley, « Comparing Ethnic Conflicts: Common Patterns, Shared Challenges », in J. Coackley (dir.), Pathways From Ethnic Conflict. Institutional Redesign in Divided Societies, London, New York, Routledge, 2010, p. 1-20; ou John Coakley, « National Identity in Northern Ireland: Stability or Change? » Nations and Nationalism 13 (4), 2007, p. 573-597.

43 Bill Rolston, Drawing Support: Murals in the North of Ireland, Belfast, Beyond the Pale Publications, 1994, p. vii-viii, et Drawing Support 2: Murals of War and Peace, Belfast, Beyond the Pale Publications, 1995, p. ii-v.

44 Lyman Chaffee, op.cit., p. 5-17.

45 Neill Jarman, « Painting Landscapes: The Place of Murals in the Symbolic Construction of Urban Space », in A. Buckley (dir.), Symbols in Northern Ireland, Belfast, Institute of Irish Studies, Queen's University, 1998, Ch.5; voir aussi Neil Jarman, Material Conflicts. Parades and Visual Displays in Northern Ireland. Oxford, New York, Berg, 1997, p. 220-239; 253-261.

46 Cette approche a été développée dans le cadre du groupe de recherche « Peinture murale, enjeux et perspectives » de l’EHESS ainsi que dans de précédents articles, notamment Pascal Pragnère, « Peintures murales en Irlande du Nord et au Pays Basque : mobilisation et création d’identité nationale », in Hélène Yèche (dir.), Cahiers du MIMMOC 5, 2010 ; voir également Pascal Pragnère et Néstor García Lázaro, . « Evoluciones del 'arte callejero' nacionalista de la dictadura a la democracia en Canarias y País Vasco », in M. Loff et C. Molinero (dir.), Sociedades en cambio: España y Portugal en los años setenta (CD-ROM), 2012, Barcelona, CEFID-UAB/IHC ; Pascal Pragnère, « Les peintures murales: instrument politique et patrimoine historique», Euskonews 608, janvier 2012.

47 En particulier auprès des basques, des palestiniens, ou des afro-américains.

48 Bill Rolston, « The Brothers on the Walls ». Journal of Black Studies, 39 (3), 2009, p. 446-470.

49 Pascal Pragnère, «Exporter la guerre - importer la paix. Dimensions transnationales de deux conflits nationalistes. Irlande du Nord, Pays Basque», in C. Maignant (dir.), Les irlandais en France et les français en Irlande, Lille, Presses du Septentrion, 2012.

50 Inscription qui marque l’accès au Bogside, quartier républicain de Derry.

51 À l’entrée de Sandy Row, quartier loyaliste proche du centre de Belfast ; parodie-miroir du célèbre mural de Derry.

52 Richard Jenkins, Rethinking Ethnicity: Arguments and Explorations, 2ème edition, London, Los Angeles, Sage Publications, 2008, p. 60-69.

53 Voir Michael Billig, Banal Nationalism, London, Sage, 1995.

54 Bill Rolston, 1995, op.cit., p.iv.

55 Northern Irish Life and Times Survey 2010. Sondage réalisé sur un échantillon de 1205 personnes entre le 1er octobre et le 18 décembre 2010 par la Queens University, Belfast et l’University of Ulster, pour étudier les valeurs, croyances et attitudes de la population d’Irlande du Nord. Les questions sur les murals ont été introduites récemment. Questionnaire et données accessibles sur le site Northern Ireland Life and Times (http://www.ark.ac.uk/nilt/datasets/).

56 Social Democratic Labour Party, parti nationaliste modéré, soutenu par les classes plus aisées.

57 Democratic Unionist Party, parti radical loyaliste, et Ulster Unionist Party, parti unioniste plus modéré.

58 Il s’agit d’une représentation du Gernika de Picasso.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Photo 1 : Bureau de poste, Strandburn Drive, East Belfast
URL http://etudesirlandaises.revues.org/docannexe/image/3788/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 953k
Titre Photo 2 : King Billy (Guillaume d’Orange) à la Bataille de la Boyne 1690. North West Belfast
URL http://etudesirlandaises.revues.org/docannexe/image/3788/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 770k
Titre Graphique 1 : Localisation géographique des murals à Belfast en 2012 (N = 399)
URL http://etudesirlandaises.revues.org/docannexe/image/3788/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 66k
Titre Photo 4 : Au cœur du ghetto, images violentes célébrant les héros de l’IRA, Belfast South East, The Markets Area, proche du centre.
URL http://etudesirlandaises.revues.org/docannexe/image/3788/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Gaphique 2 : Contenus thématiques des Murals à Belfast en 2012 (N = 649, 399 murals)39
URL http://etudesirlandaises.revues.org/docannexe/image/3788/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 99k
Titre Graphique 3 : Occurrences thématiques par communauté, Belfast 2012 (N=399 murals ; 649 occurrences thématiques)
URL http://etudesirlandaises.revues.org/docannexe/image/3788/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 82k
Titre Photo 5 : Cuchulainn, héros mythologique, lutte armée et appel au vote pour le Sinn Féin, Ballymurphy, West Belfast.
URL http://etudesirlandaises.revues.org/docannexe/image/3788/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 991k
Titre Photo 6 : Mémorial à la 36e division décimée à la bataille de la Somme en 1916, Castlereagh, East Belfast.
URL http://etudesirlandaises.revues.org/docannexe/image/3788/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Photo 7 : Solidarité avec les prisonniers palestiniens, sur la « peaceline », Falls Road, West Belfast.
URL http://etudesirlandaises.revues.org/docannexe/image/3788/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Photo 8 : Parodie loyaliste du célèbre « you are now entering free Derry », Sandy Row, West Belfast.
URL http://etudesirlandaises.revues.org/docannexe/image/3788/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre Photo 9 : Guernica réalisé par des peintres républicains et loyalistes, Falls Road, West Belfast.
URL http://etudesirlandaises.revues.org/docannexe/image/3788/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pascal Pragnère, « Entre guerre et paix: les murals de Belfast », Études irlandaises, 39-1 | 2014, 119-134.

Référence électronique

Pascal Pragnère, « Entre guerre et paix: les murals de Belfast », Études irlandaises [En ligne], 39-1 | 2014, mis en ligne le 30 juin 2016, consulté le 20 juillet 2017. URL : http://etudesirlandaises.revues.org/3788 ; DOI : 10.4000/etudesirlandaises.3788

Haut de page

Auteur

Pascal Pragnère

Université Paris 3-Sorbonne Nouvelle

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Rennes

Haut de page