Navigation – Plan du site
Comptes rendus de lecture

Derek Mahon, La Mer hivernale et autres poèmes

Claude Fierobe
p. 227-228
Référence(s) :

Derek Mahon, La Mer hivernale et autres poèmes, traduit de l’anglais (Irlande) et préfacé par Jacques Chuto, Édition bilingue, Le Chambon-sur-Lignon, Cheyne éditeur, coll. « D’une voix l’autre », 2013, 172 p., ISBN 978-2-84116-193-5, 24 €.

Texte intégral

1Ce recueil rassemble des textes choisis dans les Collected Poems de 1999, mais les révisions opérées pour les New Collected Poemsde 2011 ont été prises en compte par le traducteur : quarante-huit poèmes choisis de manière à refléter les préoccupations majeures d’un homme qui « n’aime guère son époque » et s’en prend aux travers du monde contemporain. Il dénonce la défiguration de l’Irlande, depuis le massacre du milieu naturel (déforestation de l’Ulster au xviie siècle dans « Going Home »), jusqu’à l’invasion tonitruante des cars de touristes « grotesques en casquette de baseball et survêt en nylon » (« Night Thoughts », extrait d’une suite justement nommée « Decadence »). Le poids du passé, Pompéi, Treblinka, des « Troubles » ou encore de la guerre civile ne peut être évacué, et c’est la tâche du poète que de parler au nom de tous « les suppliants sans voix » (« A Disused Shed in Co. Wexford »). Il fustige un mode de vie où le heavy metal le rend « fou de rage » tandis qu’il s’accroche à ses livres, « ces trucs périmés » (« Rock Music »), ou à la beauté de la nature. L’uniformité sans âme a tout envahi. Avec « les Dieux bannis » Mahon rêve d’un monde « sans ordinateurs ni voitures/Ni cieux nucléaires,/Où la pensée, c’est caresser des pierres,/Et la sagesse, un moment de silence quand se lève la lune. » On le voit se raidir pour dépasser l’amertume, la nostalgie et le désespoir (l’émouvant « Dawn at St Patrick’s »), et s’en remettre aux «  Consolations de la philosophie » pour « vivre la vie que nous aurions pu vivre » sans exclure qu’un jour l’humanité prenne un nouveau départ. Jacques Chuto sait ce que traduire veut dire : il a déjà traduit Mahon (traducteur lui-même) en 1991, et fréquenté longuement un certain J.-C. Mangan expert en la matière… Décidé à s’en tenir « à la fidélité sans renoncer à la beauté », entouré des nombreux conseils de l’auteur auquel il rend hommage, il s’y entend à maintenir une forme strophique virtuose (« The Hunt by Night » ), à trouver des rimes en écho à l’original sans forcer le sens (« Derry Morning »), et surtout à imprimer à ses traductions le rythme qui serre au plus près celui de la voix du poète : « La Mer hivernale », credo poétique de Mahon, heureusement choisi pour donner son titre au recueil, est à cet égard une belle réussite où la « litanie des toponymes » chère à John Montague, en mêlant l’Irlande et la Grèce, invite à « Repartir à zéro, de l’ancien faire/Un renouveau. » Ce recueil est bilingue : en comparant l’original et la version française, le lecteur pourra saisir par quels procédés délicats est rendue la complexité de l’œuvre. Mahon rend hommage aux écrivains chers à son cœur, cités nommément ou perçus en filigrane dans la trame des textes : Ovide, Pindare, Swift, J.G. Farrell, McNeice, Heaney, Baudelaire, Camus, et beaucoup d’autres. Les notes suffisantes et précises éclairent les points obscurs. Ce livre élégant est un bel objet qui ajoute au plaisir de la double lecture. Qu’on ne se méprenne pas : la critique véhémente de Mahon à l’égard du monde qui l’entoure est avant tout celle d’un poète de première grandeur. Ici, il a trouvé son traducteur.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Claude Fierobe, « Derek Mahon, La Mer hivernale et autres poèmes », Études irlandaises, 39-1 | 2014, 227-228.

Référence électronique

Claude Fierobe, « Derek Mahon, La Mer hivernale et autres poèmes », Études irlandaises [En ligne], 39-1 | 2014, mis en ligne le 30 juin 2016, consulté le 29 mars 2017. URL : http://etudesirlandaises.revues.org/3854

Haut de page

Auteur

Claude Fierobe

Université de Reims Champagne-Ardenne

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Rennes

Haut de page