Navigation – Plan du site

Introduction

Une crise, oui, mais quelle crise ?
Martine Pelletier et Valérie Peyronel
p. 7-14

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en décembre 2017.

Aperçu du texte

Dans un article intitulé « De quoi la crise est-elle le nom », le journaliste Georges Streiff écrivait en 2013 « La crise est partout. Le mot est utilisé jusqu’à l’overdose. Curieusement, plus on en parle, moins on dit de quoi il retourne. C’est LA crise. Comme une rengaine anxiogène qui se suffirait à elle-même. » Dans La crise sans fin. Essai sur l’expérience moderne du temps, Myriam Revault d’Allonnes explique :

On ne parle plus aujourd'hui d'une crise succédant à d'autres crises – et préludant à d'autres encore –, mais de « la crise », et qui plus est d'une crise globale qui touche aussi bien la finance que l'éducation, la culture, le couple ou l'environnement. Ce constat témoigne d'un véritable renversement : si à l'origine la krisis désignait le moment décisif qui, dans l'évolution d'un processus incertain, permettait d'énoncer un diagnostic et donc une sortie de crise, tout se passe comme si la crise était devenue permanente. Nous n'en voyons pas l'issue : elle est la trame mê...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Martine Pelletier et Valérie Peyronel, « Introduction », Études irlandaises, 40-2 | 2015, 7-14.

Référence électronique

Martine Pelletier et Valérie Peyronel, « Introduction », Études irlandaises [En ligne], 40-2 | 2015, mis en ligne le 15 décembre 2017, consulté le 28 mai 2017. URL : http://etudesirlandaises.revues.org/4728

Haut de page

Auteurs

Martine Pelletier

Université François-Rabelais de Tours

Articles du même auteur

Valérie Peyronel

Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Rennes

Haut de page