Navigation – Plan du site
Les Arts et la crise

Hearth Lessons: Paula Meehan’s Ecofeminist Economics

Amanda Sperry
p. 109-120

Résumés

Le recueil Painting Rain de Paula Meehan traduit l’impact socio-culturel de l’effondrement du Tigre celtique par le biais d’un cadre théorique éco-féministe. À l’intérieur de ce cadre, les inégalités de genre, de classe et d’environnement sont intimement liées. Sa poésie évoque un non-rationalisme pré-moderne qui remet en cause l’équation terre, femme et classe laborieuse en tant qu’éléments objectivés d’oppositions binaires. Alors que le capitalisme patriarcal est fondé sur la transcendance de la nature par un savoir qui en justifie l’exploitation, les tropes écologiques de Meehan présentent la nature comme un Autre irréductible ; elle peut être appréciée par une expérience sensible mais pas connue rationnellement ou transformée en produit de consommation. Ses descriptions d’expériences sensibles s’appuient sur la même équation entre terre et corps qui domine les descriptions médiatiques de la catastrophe économique, mais la poésie de Meehan offre des images qui battent en brèche les clichés économiques réducteurs des journalistes. Alors qu’elle s’impliquait dans le mouvement de protestation Occupy Dame Street elle a produit un recueil qui résiste aussi à toute division entre art et activisme.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en décembre 2017.

Aperçu du texte

Paula Meehan’s 2009 collection, Painting Rain, is a continuation of a poetic project that runs throughout her work, one that seeks to express an eco-conscious public voice through poetry. She is a globally-oriented, yet community-focused poet with, in her words, “an impulse to express collective memory”. One of her most prolific critics, Jody Allen Randolph, insightfully places her “at an intersection of counter cultural ideas and Irish lyric tradition” and notes the influences of the American Gary Snyder’s “regard for the natural world” and “his ecological activism” but also Eavan Boland’s feminist engagement with the Irish tradition. In an interview, Meehan says that Snyder’s liberationist politics “prepared me to hear the powerful arguments that feminism put at my disposal”. As a female poet from a working-class background, Meehan’s work has continuously viewed her ecologically and communally derived sense of place through the lenses of class and gender to express her own environ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Amanda Sperry, « Hearth Lessons: Paula Meehan’s Ecofeminist Economics », Études irlandaises, 40-2 | 2015, 109-120.

Référence électronique

Amanda Sperry, « Hearth Lessons: Paula Meehan’s Ecofeminist Economics », Études irlandaises [En ligne], 40-2 | 2015, mis en ligne le 15 décembre 2017, consulté le 29 mars 2017. URL : http://etudesirlandaises.revues.org/4740 ; DOI : 10.4000/etudesirlandaises.4740

Haut de page

Auteur

Amanda Sperry

Georgia State University

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Rennes

Haut de page