Navigation – Plan du site
Comptes rendus de lecture

Irish Culture and Wartime Europe

Bertrand Cardin
p. 158-159
Référence(s) :

Dorothea Depner, Guy Woodward (eds). Irish Culture and Wartime Europe, 1938-1948, Dublin, Four Courts Press, 2015, 205 p. ISBN 978 1 84682 562 0

Texte intégral

1Cet ouvrage collectif propose d’analyser les effets de la Seconde Guerre mondiale sur la littérature et la culture irlandaises. Les treize articles qui le composent s’intéressent à des écrivains irlandais (Samuel Beckett, Patrick Kavanagh, Francis Stuart, Kate O’Brien, Louis McNeice), mais également non-irlandais (Graham Greene, Evelyn Waugh ou W. G. Sebald), voire à d’autres catégories d’artistes, comme le peintre Nevill Johnson.

2Il vise à montrer que l’isolationnisme de l’Irlande des années 1940 n’était que politique et que le monde artistique, au contraire, entretenait un dialogue fertile avec l’étranger. Cette théorie remet en cause le grand récit de la neutralité de ­l’Irlande en tout domaine, et atteste du décalage entre les sphères politico-diplomatique et culturelle. Parallèlement à une attitude de repli sur soi manifestée par les autorités, un réseau complexe d’échanges interculturels se tissait entre l’Irlande, la Grande-Bretagne et l’Europe continentale.

3L’ouvrage a le mérite d’analyser le dialogue culturel de l’époque non seulement à travers les œuvres, mais aussi, de manière alternative, à l’aide d’archives jusqu’à maintenant peu exploitées, comme les manuscrits, les correspondances ou les journaux intimes, lesquels laissent transparaître les réflexions personnelles des écrivains. Ces sources permettent de (re)lire les productions à la lumière des expériences de leurs auteurs en un contexte de guerre.

4Les réactions de ces artistes face au conflit sont, de façon plus ou moins explicite, comparées à celles d’artistes étrangers vivant en Irlande durant ces années. De la même façon, les comportements des écrivains en réponse à cette situation particulière se distinguent selon leur religion. Dans sa préface, R. F. Foster remarque que, face aux événements, les écrivains irlandais de souche protestante témoignèrent d’un engagement sans ambiguïté, contrairement à leurs homologues de tradition catholique et nationaliste. Bien sûr, les réactions d’artistes nord-irlandais (Louis McNeice en particulier) sont inévitablement mises en lien avec leurs prises de position lors des conflits qui les affectèrent plus directement, que ce soit avant ou après la Seconde Guerre. De telles approches donnent lieu à une réflexion stimulante sur l’articulation entre production artistique, Histoire et société.

5Inspiré d’un colloque intitulé “Writing Home: Irish Culture and Wartime Europe, 1938-1948”, organisé à Trinity College Dublin en 2013, cet ouvrage est publié sous la direction de deux titulaires d’un doctorat de ce même établissement. Sans doute est-ce la raison pour laquelle neuf contributeurs sur treize sont issus de cette université. Outre un auteur nord-irlandais, seulement trois auteurs d’articles sont extérieurs à l’Irlande (Angleterre, Autriche et Bosnie). Il est regrettable que les nationalités des contributeurs ne soient pas plus diversifiées. En égard à la thématique générale de l’ouvrage, une plus large représentativité de chercheurs d’Europe continentale eut été souhaitable. L’échange de points de vue en eut été d’autant enrichi.

6De la même façon, outre Kate O’Brien dont l’œuvre fait l’objet d’un chapitre, tous les écrivains étudiés ici sont des hommes. Il eut été bienvenu à cet égard, et pertinent sur le plan scientifique, d’inclure un chapitre sur la production littéraire d’Elizabeth Bowen, écrivaine irlandaise qui s’impliqua si activement lors du conflit qu’elle fut soupçonnée d’espionnage. Bowen est évoquée à plusieurs reprises et citée dans la préface, mais de façon insuffisante. Or, la présence d’un article sur son œuvre eut été tout à fait justifiée dans un ouvrage comme celui-ci.

7Indépendamment de ces réserves, cette étude est passionnante et d’une lecture très agréable. Elle permet de revisiter une décennie culturellement riche et, selon les termes de R. F. Foster, de « découvrir un territoire imaginaire resté trop longtemps inexploré ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bertrand Cardin, « Irish Culture and Wartime Europe », Études irlandaises, 40-2 | 2015, 158-159.

Référence électronique

Bertrand Cardin, « Irish Culture and Wartime Europe », Études irlandaises [En ligne], 40-2 | 2015, mis en ligne le 15 décembre 2015, consulté le 29 avril 2017. URL : http://etudesirlandaises.revues.org/4748

Haut de page

Auteur

Bertrand Cardin

Université de Caen Normandie

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Rennes

Haut de page