Navigation – Plan du site
Comptes rendus de lecture

East German Intelligence and Ireland

Christophe Gillissen
p. 163-164
Référence(s) :

Jérôme Aan de Wiel, East German Intelligence and Ireland, 1949-90: Espionage, terrorism and diplomacy, Manchester, Manchester UP, 2015, xiv + 313 p., ISBN 978 0 7190 9073 8

Texte intégral

1En 1989, à la veille de l’implosion de la République démocratique allemande, sa police politique – la « Stasi » – comptait plus de 91 000 agents, et si ses archives furent partiellement détruites en 1990, il en demeure encore 158 km linéaires, sans compter les milliers de sacs de documents déchirés que des volontaires recomposent petit à petit. Les anciens de la Stasi ont beau jeu d’affirmer que tout cela n’était qu’« un jeu d’enfant » comparé aux pratiques de la NSA mises en lumière par Edward Snowden (p. 107). Sans chercher à minimiser les dérives affolantes des services de renseignement à l’heure d’internet et de la lutte contre le terrorisme, au nom de laquelle bien des libertés sont bradées, c’est oublier un peu vite les 173 000 agents non-officiels de la Stasi, c’est-à-dire des informateurs recrutés bon gré mal gré pour surveiller leurs proches, qui firent de la rda une société conforme aux prédictions les plus pessimistes d’Orwell.

2Il n’en demeure pas moins que le fonds d’archives de la Stasi est une véritable aubaine pour les chercheurs. Jérôme aan de Wiel, dont le savoir-faire en matière d’archives n’est plus à démontrer, est le premier à l’avoir exploité dans le domaine des études irlandaises. L’ouvrage est organisé en deux temps : la première partie propose une histoire des relations entre la rda et l’Irlande, nord et sud, tandis que la seconde s’attache aux enjeux liés au renseignement.

3Le résultat est passionnant à bien des égards. Jusqu’aux années 1960, Dublin ne chercha pas à établir de relations avec l’Allemagne de l’Est. Outre le contexte de la Guerre froide et le peu d’enthousiasme pour le communisme en Irlande, les pressions de la République fédérale allemande en faveur de la réunification ne pouvaient avoir qu’un écho favorable à Dublin, où la partition fut longtemps un enjeu central. Le gouvernement irlandais adhéra ainsi à la doctrine Hallstein, par laquelle les autorités de Bonn s’érigeaient en seuls représentants légaux de l’Allemagne et menaçaient de rompre leurs relations avec tout Etat qui reconnaîtrait la rda. En outre, Londres s’inquiétait des possibilités d’infiltration d’agents est-allemands basés à Dublin, qui pourraient profiter de la libre circulation des personnes entre les deux îles. Si l’Irlande en soi n’était pas une priorité pour les autorités est-allemandes, la soif de reconnaissance internationale les amena à presser Dublin en vue d’inaugurer des relations diplomatiques. Cela fut fait en 1980, au terme du rapatriement de la dépouille de Frank Ryan. Membre de l’ira, il avait combattu en Espagne lors de la guerre civile, avant d’être capturé puis livré aux services de renseignements allemands, qui cherchèrent à l’utiliser pour déstabiliser l’Irlande du Nord. En 1944, il mourut d’une pneumonie à Dresde, où il fut enterré.

4Dans les années qui suivirent il y eut quelques tentatives de la part de ses proches pour rapatrier son corps, afin qu’il soit enterré en Irlande. Les autorités est-allemandes y furent initialement favorables, au vu de l’engagement de Ryan du côté républicain en Espagne, mais les méandres de son parcours refroidirent leurs ardeurs. Au bout du compte, sa dépouille fut rapatriée et inhumée à Glasnevin Cemetary, le 21 juin 1979. Les contacts officiels noués à ce moment aboutirent peu après à l’inauguration de relations diplomatiques entre deux Etats que tout semblait opposer, hormis un intérêt partagé pour le conflit en Irlande du Nord.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christophe Gillissen, « East German Intelligence and Ireland », Études irlandaises, 40-2 | 2015, 163-164.

Référence électronique

Christophe Gillissen, « East German Intelligence and Ireland », Études irlandaises [En ligne], 40-2 | 2015, mis en ligne le 15 décembre 2015, consulté le 26 mars 2017. URL : http://etudesirlandaises.revues.org/4759

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Rennes

Haut de page