Navigation – Plan du site
Études d'histoire et de civilisation

Le Château de Dublin de 1880 à 1922 : repaire de traîtres ou d’agents doubles ?

Émilie Berthillot
p. 9-34

Résumés

Entre 1880 et 1922, le Château de Dublin se transforme : le quartier général des deux forces de police de la ville (la Dublin Metropolitan Police et la Royal Irish Constabulary) devient celui d’un service de renseignement officiel. Cette évolution répond à celle de la menace à laquelle il doit faire face en tant que symbole concret de la Couronne. En effet, après les violentes attaques des Fenians, groupe surveillé de près par la police, le Château devient la cible des agents doubles de Michael Collins qui l’infiltrent. Le Château est ainsi le théâtre de nombreux actes de trahison dans le jeu engagé entre l’observateur et l’observé et joue un rôle clé dans les relations anglo-irlandaises. Cet article tente, à travers l’étude du Château de Dublin, de démontrer que la professionnalisation des méthodes d’espionnage transforme les traîtres d’alors en agents doubles, mais que le sort qui leur est réservé en cas d’interception reste le même : la mort.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en juin 2018.

Plan

Le Château : représentant de Londres en Irlande et cible de choix
La nécessité de créer un service de renseignement permanent au Château
Le Château : au centre du « Grand Jeu » des agents doubles
Le sort réservé aux traîtres

Aperçu du texte

En août 1204, le roi Jean d’Angleterre ordonne la construction d’un Château entouré de murs épais et de douves profondes pour défendre la ville de Dublin, rendre la justice et mettre l’argent de la Couronne en sécurité. Le Château remplit plusieurs fonctions au cours des siècles, mais il demeure le centre de l’administration coloniale et, jusqu’à l’indépendance de 1922, le rôle premier du Château de Dublin, reflet de la puissance du gouvernement central, est de faire appliquer les lois britanniques sur le sol irlandais. Résidence officielle des représentants royaux, il abrite aussi le parlement, les cours de Justice et des Finances, tout comme les baraquements de la police et de l’armée.

Les menaces représentées par les Fenians (1881-1885) puis l’IRB/IRA (1919-1921), influent sur la fonction de la forteresse et la transforme en quartier général des services de renseignement. En effet, les agents travaillant...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Émilie Berthillot, « Le Château de Dublin de 1880 à 1922 : repaire de traîtres ou d’agents doubles ? », Études irlandaises, 41-1 | 2016, 9-34.

Référence électronique

Émilie Berthillot, « Le Château de Dublin de 1880 à 1922 : repaire de traîtres ou d’agents doubles ? », Études irlandaises [En ligne], 41-1 | 2016, mis en ligne le 15 juin 2018, consulté le 29 juin 2017. URL : http://etudesirlandaises.revues.org/4785 ; DOI : 10.4000/etudesirlandaises.4785

Haut de page

Auteur

Émilie Berthillot

Université Toulouse 2-Jean-Jaurès

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Rennes

Haut de page