Navigation – Plan du site
Études d'histoire et de civilisation

A Revision of “the Irish Exception”: Seán Murphy, Irish Recognition Policy and the Republic of France, 1944

Mervyn O’Driscoll
p. 73-94

Résumés

L’article apporte une nouvelle perspective sur la neutralité irlandaise en temps de guerre. Le postulat de départ est que la stratégie irlandaise envers le gouvernement français de Vichy était conforme aux interprétations légales de l’époque dans le domaine des relations diplomatiques. Ceci correspondait avec la politique de relations internationales irlandaise depuis les années 1930 et jusque dans les années 1960. Le fait que l’ambassadeur irlandais de la République française, Seán Murphy, soit resté en poste après la chute du maréchal Pétain en aout 1944 reste cependant une énigme. Le gouvernement provisoire de Charles de Gaulle a en effet exigé le replacement de tous les chargés de missions ayant officié en France durant l’interlude de Vichy, ce qui allait à l’encontre des habitudes de l’Irlande et des autres pays neutres en matière de relations diplomatiques. Les pays neutres, à l’exception de l’Irlande, furent quand même forcés de se soumettre à cette volonté. Comment le ministère des Affaires Extérieures irlandais a-t-il réussi à contourner cet écueil ? Aucune preuve de l’existence d’un illusoire « canal alternatif », auquel certains auteurs attribuent la fin de la crise des habilitations, n’a jamais été révélée. Il n’existe que peu d’éléments confirmant l’influence directe ou significative de facteurs secondaires, comme la proposition de construction d’un hôpital de la Croix Rouge irlandaise en Normandie, sur le changement de politique des décisionnaires français en ce qui concerne Murphy. Cet article offre une nouvelle explication à la dispense accordée à l’Irlande par la France : René Massigli, le nouvel ambassadeur français à Londres, est intervenu deux fois de façon décisive, grâce à une pétition du gouvernement irlandais, et a influencé les courants d’opinion à Paris, permettant à Sean Murphy de rester à son poste. « Nous n’avions pas de différends avec aucune faction française, et notre plus cher désir concernant la France était de voir son peuple uni sous un seul et même gouvernement… Nous ne voulions pas créer de tensions à l’intérieur de la communauté française en Irlande. »

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en juin 2018.

Plan

Introduction
Recognition Policies
Recognition of Vichy
Recognition of the CFLN/GPRF
“No such persons are accredited to the French Republic”
The Massigli Connection
An Audience with de Gaulle
Conclusion

Aperçu du texte

Introduction

Ireland holds an intriguing but ambiguous privilege: it was the only neutral state permitted to retain its diplomatic representative to France into the post-liberation period by Charles de Gaulle’s Provisional Government (Gouvernement provisoire de la République française or GPRF). His Irish counterpart was Eamon de Valera and parallels are sometimes drawn between the two, not least in their self-ascribed roles as national conservatives, statebuilders and as interpreters of the national will. Eamon de Valera held the portfolio of Taoiseach, in addition to that of Minister for External Affairs, which granted authority to the Department of External Affairs domestically and internationally. The department was based in Iveagh House, Dublin, and during the period of August, September and October 1944 it struggled for the recognition of Seán Murphy as the Irish Minister to t...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mervyn O’Driscoll, « A Revision of “the Irish Exception”: Seán Murphy, Irish Recognition Policy and the Republic of France, 1944 », Études irlandaises, 41-1 | 2016, 73-94.

Référence électronique

Mervyn O’Driscoll, « A Revision of “the Irish Exception”: Seán Murphy, Irish Recognition Policy and the Republic of France, 1944 », Études irlandaises [En ligne], 41-1 | 2016, mis en ligne le 15 juin 2018, consulté le 30 avril 2017. URL : http://etudesirlandaises.revues.org/4816 ; DOI : 10.4000/etudesirlandaises.4816

Haut de page

Auteur

Mervyn O’Driscoll

University College Cork

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Rennes

Haut de page