Navigation – Plan du site
Comptes rendus de lecture

Yeats et la scène, l'acteur et sa voix à l'Abbey Theatre de Dublin

Jacqueline Genet
p. 185-187
Référence(s) :

Pierre Longuenesse, Yeats et la scène, l’acteur et sa voix à l’Abbey Theatre de Dublin, Villeneuve-d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, coll. « Irlande », 2015, 224 p.

Texte intégral

1Yeats et la scène, l’acteur et sa voix à l’Abbey Theatre de Dublin s’inscrit dans le courant d’intérêt porté au théâtre de W. B. Yeats dont l’initiateur Ronald Schuchard est cité en exergue. Le contexte irlandais et européen y est envisagé. Yeats rejette et le théâtre nationaliste irlandais reflet des « réalités rurales » ou des « luttes militantes », et les « conventions du théâtre victorien ». Il s’en prend aux productions irlandaises du Queens, refuse « la surcharge des détails décoratifs », « les costumes qui tuent l’imagination » et l’agitation injustifiée des acteurs des théâtres commerciaux. Le contexte culturel, littéraire et musical est évoqué à travers Arthur Symons. « La dimension magique au cœur de l’événement théâtral » permet de rapprocher Yeats et Antonin Artaud. Mallarmé est cité plusieurs fois ainsi qu’Ezra Pound qui découvre le nô et pour qui la musique est « l’essence même de l’écriture poétique. » Des références à Arnold Schönberg et à Pierre Boulez accompagnent l’analyse du « sprechgesang ».La complémentarité parole-musique-danse est au cœur du livre. L’accent porte sur les mots – sonorité, rythme – et leur passage sur scène par la voix de l’acteur, sur les mouvements qui doivent être simplifiés, sacralisés, avec une interrelation entre travail corporel et composition vocale, celle des acteurs ou du chœur. La musique de At the Hawk’s Well « s’apparente […] plus à un livret qu’à un texte dramatique », et justifie l’analogie avec « certaines expériences de mélodrame musical », terme défini au chapitre 4 qu’il aurait été judicieux d’expliquer dès son premier emploi. Voix, gestes, musique, sources de « révélation », créent une « cérémonie ritualisée ». En s’appuyant sur The Only Jealousy of Emer, P. Longuenesse montre que les parties parlées sont le lieu du réel, alors que le chant se situe dans un mode visionnaire. « Diseurs » ou chanteurs, les mouvements de leur corps rendent visible l’invisible ; l’auteur s’interroge : ces pièces sont-elles des représentations ou des révélations ? Si la parole parlée-chantée devient « une psalmodie proche de la prière », la représentation un « rituel orphique », les sources sont « autant profanes que sacrées ». N’aurait-il pas été préférable de regrouper l’ouverture du livre sur « Yeats et la religion » et les analyses des pièces qui en sont l’illustration ?Le thème récurrent des pièces-nô de Yeats est l’ingérence de l’au-delà, voyage du héros vers la mort, rencontre avec des fantômes, dans « un espace-seuil entre le monde des vivants et celui des esprits », questionnement sur l’incarnation et la vie après la mort. La voix qui parle avec les morts est celle de l’acteur, seule ou accompagnée de musique et de danse, manifestation d’une « puissance d’outre-tombe ». Si P. Longuenesse s’interroge à juste titre sur les croyances de Yeats, il refuse « l’institution religieuse » et les « dogmes » ; n’aurait-il pas été préférable d’évoquer d’emblée son syncrétisme ? Parler de théologie ne semble guère possible sauf, comme indiqué par l’auteur, dans Calvary et The Resurrection. Le credo de Yeats est cette « Unity of Being » définie à maintes reprises.En quête d’un acteur nouveau pour une scène renouvelée, Yeats préfère aux acteurs professionnels les amateurs qu’il peut former à la diction psalmodiée. Il consacre à Florence Farr et Frank Fay, acteurs et metteurs en scène lors des années de l’Irish Literary Theatre, plusieurs pages et de longues notes. Leur parole est « le vecteur central de la théâtralité », leur psalmodie rythmée soutenue par le psaltérion d’Arnold Dolmetsch dont les cordes sont accordées en fonction de la voix. Une succession de rondes sans mesure peut former la partition, ainsi le chant « The Four Rivers » composé par Florence Farr. Frank Fay et son frère William collaborent avec Yeats à partir de 1902 ; ils entendent ne pas sacrifier texte et parole « au profit d’effets théâtraux inutiles et défendre un répertoire national ». Pour mesurer l’enjeu de l’interprétation, P. Longuenesse, après des jugements élogieux, expose les échecs, de moins bonnes prestations incitant le public à quitter la salle. Quand Frank Fay s’endort sur scène à la première de The Unicorn from the Stars, la rupture est consommée. Les deux frères démissionnent en janvier 1908 et, en 1912, Florence Farr part à Ceylan. Yeats est alors en quête d’acteurs d’exception ; Mrs. Patrick Campbell ne sera qu’une solution éphémère. Avec le nô, il trouve en Michio Ito, danseur japonais dont il admire le génie du mouvement, une alliance parfaite avec la pensée : « Il ne s’évadait que pour habiter […] les profondeurs de l’esprit », écrit-il. Sa rencontre avec Ninette de Valois en 1927 sera également fructueuse ; il compose pour elle Fighting the Waves qu’elle interprète en 1928 avec les masques d’Hildo Van Krop et la musique de George Antheil ; faut-il pour autant comparer les mégaphones utilisés pour la pièce à ceux des séances à la Golden Dawn ? Il fut difficile à Yeats d’établir l’empathie nécessaire entre scène et public. At the Hawk’s Well et Fighting the Waves n’eurent pas le succès escompté en partie parce que le public, habitué au théâtre de l’époque, n’était pas initié au nô.Ce livre témoigne d’une excellente connaissance du théâtre de Yeats ; on peut regretter que le rôle déterminant de Gordon Craig ne soit que rapidement mentionné, même si son importance est évoquée dans d’autres écrits. P. Longuenesse connaît parfaitement les problèmes posés par la représentation. Ses analyses minutieuses seront appréciées des metteurs en scène. Réjouissons-nous aussi de l’annonce de futures publications.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jacqueline Genet, « Yeats et la scène, l'acteur et sa voix à l'Abbey Theatre de Dublin », Études irlandaises, 41-1 | 2016, 185-187.

Référence électronique

Jacqueline Genet, « Yeats et la scène, l'acteur et sa voix à l'Abbey Theatre de Dublin », Études irlandaises [En ligne], 41-1 | 2016, mis en ligne le 15 juin 2016, consulté le 19 août 2017. URL : http://etudesirlandaises.revues.org/4894

Haut de page

Auteur

Jacqueline Genet

Université de Caen Normandie

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Rennes

Haut de page