Navigation – Plan du site

What do we need for a Second Republic? High Energy Democracy and a Triple Movement

Mary P. Murphy
p. 33-50

Résumés

Le présent article examine et évalue la perspective d’un renouvellement politique en Irlande qui pourrait prendre la forme d’une seconde république à la suite de la crise. Enquêtes et sondages confirment que les citoyens irlandais sont attachés aux principes-clés républicains d’égalité, de respect des droits et de répartition équitable ; cependant, la confiance dans la politique, dans le gouvernement et dans les organisations non-gouvernementales est faible, et les élections législatives de 2016 ont confirmé l’absence d’une direction structurée pouvant créer un effet d’entraînement politique autour de telles valeurs. Pour identifier les éléments nécessaires à la production d’un nouvel environnement politique et d’une démocratie dynamique, il faut d’abord comprendre l’impact que la crise a eu sur les valeurs et les attitudes vis-à-vis des principales institutions politiques et comment elle a transformé la société politique et civile irlandaise. L’analyse des relations et interconnections entre les deux permet d’évaluer dans une certaine mesure la capacité de la société politique et civile irlandaise à développer un discours fondé sur des valeurs et qui serait de nature à promouvoir un processus de changement profond. Parmi les facteurs de transformation manquants, on peut identifier en particulier l’absence d’un cadrage ou discours cadre (framing) efficace, pré-condition nécessaire à une mise en réseau et une véritable mobilisation. Pour rendre possible un renouvellement politique, il faut pouvoir imaginer en Irlande un triple mouvement prenant en compte la problématique de la reproduction sociale et genrée, celle de l’environnement et celle, plus traditionnelle, de la répartition socio-économique, autour de l’égalité de revenus et des services publics. Un tel cadrage (framing) pourrait mobiliser un large éventail d’acteurs et ouvrir un champ de discussion politique plus dynamique, au sein duquel les intérêts d’une bien plus large part de la population pourraient trouver leur expression, dans un mouvement propice à la création de nouvelles alliances, à la reconfiguration des relations de pouvoir et, à terme, à la mise en place d’une seconde république.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en novembre 2018.

Plan

Introduction
Values and Narratives
Looking forward – mapping political society
Looking forward – mapping civil society
A new politics?

Aperçu du texte

Introduction

Reflecting on the outcome of the 2011 Irish general election (GE), Peadar Kirby and I discussed the prospects of Ireland emerging from crisis renewed and reformed as a second republic. We mapped Irish political and civil society’s capacity for a values-led discourse that could promote a transformative type of change. Five years later, reflecting on the outcome of the 2016 Irish GE, this article revisits the challenge of achieving the type of fundamental political, economic and social renewal encapsulated in the idea of a “second republic”. It is clear that the 2011 “pencil revolution” and rejection of FF as the dominant political power actor did not transform the direction of the Irish republic, but it did signal “the beginning of the beginning”. It remains to be seen whether the 2016 GE represents a watershed in realigning politics away from civil war or tribal politics and t...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mary P. Murphy, « What do we need for a Second Republic? High Energy Democracy and a Triple Movement », Études irlandaises, 41-2 | 2016, 33-50.

Référence électronique

Mary P. Murphy, « What do we need for a Second Republic? High Energy Democracy and a Triple Movement », Études irlandaises [En ligne], 41-2 | 2016, mis en ligne le 30 novembre 2018, consulté le 24 mars 2017. URL : http://etudesirlandaises.revues.org/4969 ; DOI : 10.4000/etudesirlandaises.4969

Haut de page

Auteur

Mary P. Murphy

Maynooth University

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Rennes

Haut de page