Navigation – Plan du site
Comptes rendus de lecture

La Musique irlandaise d’Étienne Bours

Erick Falc’her Poyroux
p. 197-198
Référence(s) :

Étienne Bours, La Musique irlandaise, Paris, Fayard, 2015, 576 p. ISBN 978-2-213-67511-4.

Texte intégral

1Un ouvrage complet et grand public en français sur la musique irlandaise, cela n’était pas arrivé depuis 1995 ! Et c’est une grande maison d’édition française qui prend le risque, sans doute limité si l’on en juge par la popularité de cette musique, qui ne se dément pas à l’échelle mondiale dans le grand public depuis maintenant plus de 50 ans.

2Son auteur, le journaliste Etienne Bours, est avant tout un passionné : par son métier de conseiller à la Médiathèque PointCulture de Belgique, par ses émissions de radio à la RTBF1, par ses ouvrages sur les musiques du monde et le folk, c’est sans doute l’un des francophones les mieux placés pour proposer une vision globale des musiques traditionnelles aujourd’hui, et notamment de la musique irlandaise.

3Nous tenons donc entre les mains un gros ouvrage de 576 pages préfacé par le chanteur breton Gilles Servat, et qui fourmille d’informations dans un style très accessible. L’ensemble est divisé en deux parties bien distinctes : une première se concentre sur l’histoire de l’Irlande en chansons, tandis qu’une seconde se penche sur l’histoire de la musique, suivies d’un résumé des principales dates de l’histoire du pays, d’une discographie, d’une courte filmographie et d’une longue bibliographie, ensemble complété par trois index (chansons, noms propres et termes).

4Le principal point fort de cet ouvrage, outre cette passion et cette subjectivité évidentes, sera donc le lien constant établi entre l’histoire de la musique irlandaise et l’histoire du pays, et plus précisément les « liens qui unissent musique et société » comme l’auteur l’explicite dès l’introduction et le répète tout au long de l’ouvrage.

5Il tisse ainsi dans cette première partie le fil de l’histoire de l’Irlande à travers ses chansons, passant en revue les périodes fastes et les invasions, les espoirs et les rancœurs, non sans adopter un cynisme finalement bien irlandais, comme en témoigne l’affirmation en début d’ouvrage selon laquelle « L’Irlande a mal à son histoire et la musique est son remède ». La deuxième partie examine, pour l’essentiel, les différents genres de musique instrumentale ainsi que les instruments pratiqués en Irlande, de manière systématique et fouillée, avec un très grand nombre de références, concluant l’ouvrage par une réflexion pertinente sur les concepts de tradition et de modernité, sans toutefois parvenir à établir une véritable synthèse positive des composantes de l’identité irlandaise.

6Comme souvent cependant, ce qui constitue l’intérêt premier du livre est également à l’origine de ses limites. On regrettera particulièrement, outre les coquilles, erreurs de traductions et anachronismes, les principaux choix opérés pour sa rédaction : ainsi, dans la première partie, la plupart des chansons sélectionnées pour illustrer l’histoire de l’Irlande sont des compositions récentes, qui nous en apprennent beaucoup plus sur notre époque moderne que sur les événements qu’ils décrivent. Plus surprenant encore, l’auteur affirme en début de seconde partie qu’il a du mal à isoler la musique « de son contexte historique, social, environnemental », mais il confine la danse en Irlande à une dizaine de pages sur les 485 du texte, soit environ 2 % (par comparaison, 270 pages sont consacrées au chant et aux chansons).

7À l’inverse, on sera confronté dès le 1er paragraphe de la préface et tout au long de l’ouvrage aux références obligées à l’IRA, de loin le terme le plus cité dans l’ouvrage comme en témoigne l’index, donnant à l’ouvrage une tonalité finalement très partisane. La filmographie proposée sur 5 pages, notamment, n’a absolument aucun rapport avec la musique en Irlande, mais décline pouir l’essentiel une longue série de points de vue sur l’IRA, les Troubles en Irlande du Nord et les relations entre l’Irlande et son île voisine.

8Sur un autre plan historique, le Dagda, personnage pourtant central de la mythologie musicale en Irlande, n’apparaît pas même dans l’index (et n’apparaît que très brièvement dans le texte). Toujours parmi les noms propres, on aura beau être un immense fan des Beatles et des Rolling Stones (c’est mon cas), on ne peut s’empêcher d’être surpris en constatant que ces deux groupes anglais sont bien davantage cités que le Bothy Band, l’un des groupes les plus importants du renouveau musical irlandais des années 1970. Ou que les Wolfe Tones (dont l’impact sur le plan musical est pour le moins douteux) sont plus cités que Clannad, Planxty, Altan, Dervish et Solas réunis, des groupes peu enclins au militantisme mais musicalement infiniment plus intéressants.

9Au final, cet ouvrage imposant et très personnel hésite constamment entre une histoire partisane de l’Irlande et une histoire de la musique en Irlande en raison de choix éditoriaux contestables, sans véritablement parvenir à ses fins. Mais il restera intéressant pour ce qu’il est malgré tout : une vision personnelle et un peu idéalisée d’un pays et de sa musique, où l’on en apprendra davantage sur certains aspects de la musique irlandaise actuelle que sur les origines et sur les cheminements historiques de cette musique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Erick Falc’her Poyroux, « La Musique irlandaise d’Étienne Bours », Études irlandaises, 41-2 | 2016, 197-198.

Référence électronique

Erick Falc’her Poyroux, « La Musique irlandaise d’Étienne Bours », Études irlandaises [En ligne], 41-2 | 2016, mis en ligne le 30 novembre 2016, consulté le 24 juin 2017. URL : http://etudesirlandaises.revues.org/5068

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Rennes

Haut de page