Navigation – Plan du site

Ciaran Carson and the Theory of Relativity

Julia C. Obert
p. 123-137

Résumés

Dans le recueil Until Before After (2010), écrit alors que sa femme Deirdre était atteinte d’une maladie grave, Ciaran Carson revient sans cesse sur la maladie et le spectre de la mort. Il trouve cependant un certain répit à l’angoisse et à la douleur en mêlant poésie et science physique – en particulier dans la théorie de la relativité d’Einstein. Le recueil dans son ensemble suggère que l’espace et le temps dépendent de qui les observe. Nous n’existons pas dans un continuum linéaire, et par conséquent la vie et le temps qui lui succède sont en réalité simultanés. Carson montre que ces intuitions peuvent être puissamment thérapeutiques au moment où l’on contemple son être-pour-la-mort. En outre, la musique traditionnelle offre le socle d’une nouvelle vision du monde non-euclidienne dans Until Before After, car ce genre peut s’affranchir des modalités conventionnelles de mesure du temps. Ainsi, parfois « un bon musicien peut faire surgir une pulsation qui va à l’encontre du rythme immédiatement perceptible de la mélodie », technique que Carson qualifie de « double entendre – comme si l’on entendait deux pulsations en même temps. » Until Before After emprunte ce double entendre à la musique traditionnelle, et permet à la poésie de proposer un mode d’appréhension du temps kinétique, relativiste et non-linéaire.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en juin 2019.

Plan

Seeing and believing
Life in four dimensions
The backstitch

Aperçu du texte

Ciaran Carson’s poetry has long argued for the importance of perspective: in his writing, seeming absolutes are often “t[old] … slant”, and how one sees depends largely on where one stands. Carson frequently raises the concept of subjective situatedness in relation to the conflict in Northern Ireland, suggesting that sectarianism is bred rather than inborn and offering alternatives to partisanship by providing “shifts in position and perspective” in his work. In his most recent original collection, Until Before After (2010), though, Carson’s preoccupation with perspectivalism becomes even more pronounced. Written chiefly while his wife Deirdre was seriously ill (happily, she has since recovered), the volume turns and returns to sickness and the spectre of death. However, it finds some relief from anxiety and grief in the interweaving of poetry and theoretical physics – specifically, in Einstein’s theory of...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Julia C. Obert, « Ciaran Carson and the Theory of Relativity », Études irlandaises, 42-1 | 2017, 123-137.

Référence électronique

Julia C. Obert, « Ciaran Carson and the Theory of Relativity », Études irlandaises [En ligne], 42-1 | 2017, mis en ligne le 29 juin 2019, consulté le 20 août 2017. URL : http://etudesirlandaises.revues.org/5152 ; DOI : 10.4000/etudesirlandaises.5152

Haut de page

Auteur

Julia C. Obert

Julia C. Obert is Associate Professor and Assistant Chair of English at the University of Wyoming. Her book, Postcolonial Overtures: The Politics of Sound in Contemporary Northern Irish Poetry, was published by Syracuse UP in 2015.  Her work has also appeared in New Hibernia Review; Irish Studies Review; Eire-Ireland; Postmodern Culture; Interventions: International Journal of Postcolonial Studies; Textual Practice; Emotion, Space and Society; Postcolonial Text; and Continuum: Journal of Media and Cultural Studies, and is forthcoming in Irish University Review.

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Rennes

Haut de page