Navigation – Plan du site
Comptes rendus de lectures

Claude Fierobe, Les Ombres du fantastique. Fictions d’Irlande

Dinan, Terre de Brume, 2016
Sylvie Mikowski
p. 193-194
Référence(s) :

Claude Fierobe, Les Ombres du fantastique. Fictions d’Irlande, Dinan, Terre de Brume, 2016, 206 p., ISBN 978-2-84562-586-2, 18,00 €.

Texte intégral

1Claude Fierobe, l’un des meilleurs spécialistes français de la littérature irlandaise, et en particulier de la littérature gothique, mais aussi l’un des « pères fondateurs » des études irlandaises en France, revient dans cet ouvrage sur ses lectures d’auteurs qu’il fréquente depuis longtemps, comme Charles Maturin ou Sheridan Le Fanu, mais commente également des écrivains tout à fait contemporains. Ce n’est pas un hasard si l’idée de « retour », ainsi que celle de « fréquentation », voire de possession, par certains tropes ou images récurrentes, nous viennent à l’esprit en parcourant cet ouvrage qui explore la relation unique qu’entretient la littérature irlandaise avec l’étrange, les mondes parallèles, et en particulier avec les revenants et autres esprits fantômes. Ce n’est pas tant que roman, théâtre et poésie irlandais abondent en apparitions surnaturelles, et en phénomènes inexplicables, mais surtout que tous ces textes font écho les uns aux autres de génération en génération, reprenant et retissant les images spectrales qui trouvent leur origine dans ce que Claude Fierobe appelle « les trois piliers » de la fiction fantastique irlandaise : Maturin, LeFanu et Bram Stoker. L’auteur nous entraîne à la suite de Melmoth dans un voyage qui traverse les siècles pour parvenir jusqu’à Joyce, Beckett, puis Banville, Trevor, Bolger, Neil Jordan, mais encore Joseph O’Connor, Colum McCann, Eoin McNamee, Claire Kilroy, Keith Ridgway, Paul Lynch, et d’autres. Il tisse un réseau entre des écrivains à priori éloignés les uns des autres, mais les apparences sont trompeuses. Tous par exemple sont visités d’une manière ou d’une autre par « le spectre du père », celui de James Joyce, lui qui a initié « l’incartade fantastique » au cœur du récit réaliste, en ayant recours aux épiphanies, à la méthode mythique, et par son ambition de faire proliférer le sens des mots et des images : les personnages jouent des rôles multiples, et ainsi tout se transforme.

  • 1 Derek Gladwin, Contentious Terrains. Bogs, Ireland, Postcolonial Gothic. Cork University Press, 20 (...)

2Les écrivains irlandais sont également hantés par la question centrale de l’identité, d’abord celle de l’Irlande elle-même, éminemment floue et insaisissable. La question est abordée dans le seul roman « irlandais » de Bram Stoker, The Snake’s Pass, que Claude Fierobe a traduit aux mêmes éditions Terre de Brume sous le titre Le défilé du serpent. Ses analyses font d’ailleurs écho à celles de Derek Gladwin qui consacre un chapitre à ce même roman dans Contentious Terrains. Bogs, Ireland, Postcolonial Gothic1 qui, étrange coïncidence (!), paraît en même temps que ce livre. Pour Claude Fierobe – comme pour Gladwin – « la tourbière est métaphore de l’imaginaire qui creuse le discours » (p. 57). Dans Star of the Sea de Joseph O’Connor, cette métaphore de l’inaccessibilité de la vérité et de la dualité des apparences est celle du navire qui emporte les personnages ambigus qui fuient la famine vers un avenir incertain. Passé et futur se mélangent aussi étrangement dans Red Sky in the Morning de Paul Lynch qui met en scène la figure gothique du fugitif, et ressuscite la mémoire oubliée de cinquante-sept Irlandais morts sur un chantier de chemin de fer de Pennsylvannie. Claude Fierobe propose des rapprochements audacieux entre les écrivains qu’il convoque, comme celui qu’il établit entre John Banville, considéré comme un chantre du postmodernisme, et Dermot Bolger, généralement rangé parmi les auteurs traditionnels. Pourtant Claude Fierobe rend justice au goût de Bolger pour le néo-victorianisme, pour les intrigues labyrinthiques et les resurgissements d’un passé maudit. Claude Fierobe consacre également de longues analyses à Murphy de Beckett, écrivain chez qui il retrouve « un terrifiant ressassement » qui évoque « les plus fantastiques paysages intérieurs » (p. 143).

3On appréciera l’écriture fluide et élégante de ce livre, qui n’a jamais recours au moindre jargon ni emphase, et qui n’est d’ailleurs pas de nature académique, mais qui permet à Claude Fierobe de laisser libre cours à une réflexion toute personnelle nourrie d’une connaissance intime de la littérature irlandaise. Cette fréquentation passionnée et assidue aussi bien des classiques du gothique, que des grand maîtres Joyce et Beckett, mais aussi des œuvres les plus contemporaines, sert à nous offrir un survol presque vertigineux des thèmes récurrents de la littérature irlandaise, tels que l’aliénation, la folie, l’indétermination, l’entre-deux, la quête désespérée de l’identité, la fuite ou l’exil. Vue à travers « a glass darkly », la littérature irlandaise semble distiller les sourdes angoisses d’une nation encore travaillée par un passé de dépossession, de violence, de faim, de soumission au religieux et d’exil.

Haut de page

Notes

1 Derek Gladwin, Contentious Terrains. Bogs, Ireland, Postcolonial Gothic. Cork University Press, 2016.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sylvie Mikowski, « Claude Fierobe, Les Ombres du fantastique. Fictions d’Irlande », Études irlandaises, 42-1 | 2017, 193-194.

Référence électronique

Sylvie Mikowski, « Claude Fierobe, Les Ombres du fantastique. Fictions d’Irlande », Études irlandaises [En ligne], 42-1 | 2017, mis en ligne le 29 juin 2017, consulté le 23 octobre 2017. URL : http://etudesirlandaises.revues.org/5195 ; DOI : 10.4000/etudesirlandaises.5195

Haut de page

Auteur

Sylvie Mikowski

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Rennes

Haut de page