Navigation – Plan du site
Comptes rendus de lectures

G. K. Chesterton, Impressions irlandaises

Versailles, Via Romana, 2016
Christophe Gillissen
p. 198-199
Référence(s) :

G.K. Chesterton, Impressions irlandaises (préface de Pierre Joannon, avant-propos de Philippe Maxence, trad. Mathieu Grossi), Versailles, Via Romana, coll. « Les amis de Chesterton », 2016, 315 p., ISBN 978-2-37271-051-0, 12 €.

Texte intégral

1G. K. Chesterton (1874-1936), homme de lettres anglais prolifique et touche-à-tout, a profondément influencé de nombreuses personnes à travers le monde, depuis des écrivains comme Jorge Luis Borges jusqu’à des philosophes tel Etienne Gilson, en passant par des républicains irlandais dont Michael Collins. Il reste pourtant quelque peu méconnu en France, et on ne peut que se réjouir que l’Association des amis de Chesterton ait mis à disposition du public francophone deux ouvrages rédigés par l’écrivain à l’occasion de visites en Irlande en 1918 puis en 1932 : Irish Impressions (1919) et Christendom in Ireland (1932). Il s’agit des premières traductions en français de ces textes, réunies ici en un seul volume, avec une introduction de Philippe Maxence, ainsi qu’une préface de Pierre Joannon qui réussit en quelques pages à brosser le portrait d’un personnage hors normes, doté d’une profonde sympathie à l’égard de l’Irlande.

2Les deux textes furent écrits dans des circonstances fort différentes. En 1918, pendant la Première Guerre mondiale, l’Irlande était en plein émoi, l’introduction de la conscription par le gouvernement britannique ayant soudé la majorité de la population autour du Sinn Féin et de son projet indépendantiste. Personnalité publique affable et très appréciée, Chesterton fut envoyé en Irlande pour encourager ses habitants à participer à l’effort de guerre contre l’Allemagne. S’il avait dénoncé la répression brutale du soulèvement de Pâques 1916, il estimait, à l’instar de John Redmond, que l’enjeu de la guerre – la défense de la civilisation et de ses valeurs – était plus important que celui des clivages anglo-irlandais.

3En 1932, converti de l’anglicanisme au catholicisme depuis dix ans, Chesterton se rendit au Congrès eucharistique international à Dublin, où Eamon de Valera et le Fianna Fáil venaient juste d’être portés au pouvoir, à la consternation de Londres. Il tenta de partager sa conviction que, loin d’être un territoire aux marges de la civilisation, l’Irlande, centre temporaire de la chrétienté, était moins provinciale et superstitieuse que l’Angleterre, et que sa population était animée d’un véritable esprit démocratique.

4Ces contextes différents expliquent des textes de nature et de longueur très différentes. Le premier rend compte de la découverte de l’Irlande par Chesterton et de sa participation aux débats qui agitaient alors le pays. Pour en comprendre toute la finesse et l’intérêt, une bonne connaissance de l’histoire de la période est cependant nécessaire, car les nombreuses allusions à l’actualité de 1918 peuvent être déroutantes pour un lecteur non averti, même si l’introduction et la préface y remédient en partie. Le second texte, qui fait état de l’émerveillement d’un catholique anglais face à la lumineuse manifestation de la chrétienté à Dublin, constitue un témoignage de première main irremplaçable sur un événement souvent négligé par les historiens au profit de la riche actualité politique irlandaise de 1932.

5Mais dans les deux cas, l’on retrouve le style inimitable de Chesterton, qui aimait à jouer de paradoxes et de jeux de mots, et à retourner les évidences dans des fulgurances bien plus sérieuses qu’elles n’y paraissent à premier abord. Cette prose n’est pas aisée à restituer en français, loin s’en faut, et il convient à ce titre de saluer la qualité de la traduction de Mathieu Grossi.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christophe Gillissen, « G. K. Chesterton, Impressions irlandaises », Études irlandaises, 42-1 | 2017, 198-199.

Référence électronique

Christophe Gillissen, « G. K. Chesterton, Impressions irlandaises », Études irlandaises [En ligne], 42-1 | 2017, mis en ligne le 29 juin 2017, consulté le 23 octobre 2017. URL : http://etudesirlandaises.revues.org/5202 ; DOI : 10.4000/etudesirlandaises.5202

Haut de page

Droits d’auteur

© Presses universitaires de Rennes

Haut de page